A 13 ans, j'ai perdu ma mère et elle me manque

-

Bonjour,

Je m'appelle Céline, je viens d'avoir mes 15 ans et ça fait plus d'un an et demi que j'ai perdu ma mère. Je l'ai perdue à l'âge de 13 ans. C'est mon deuxième anniversaire sans elle, sans celle qui m'a donné la vie et à qui je dois tout. J'aurais aimé donner ma vie pour elle... Elle me manque beaucoup, je me demande comment je vais faire sans elle...
On a tous besoin de notre mère peu importe l'âge que nous avons. J'ai beaucoup de mal à m'exprimer quand elle me manque, je n'arrive pas à en parler avec ma famille alors j'écris tout dans un cahier... Quand je suis avec ma famille et qu'ils parlent de ma mère, je n'aime pas trop... Je ne sais pas comment m'exprimer...
Et je me disais toujours qu'elle ne pouvait pas nous laisser ou même partir. Le jour où je l'ai appris, je n'arrivais pas à y croire, je ne voulais pas et ne pouvais pas. Pour moi, ce n'était pas possible... Quand je suis arrivé à l'hôpital, je l'ai regardée pour la dernière fois, c'était très dur et pendant les jours qui suivaient, j'ai refusé de la regarder. Je voulais garder une belle image d'elle mais maintenant, je regrette un peu car je me dis que j'aurais dû quand même la regarder tant que je le pouvais...
Le jour des funérailles, j'espérais qu'elle revienne parmi nous mais quand ils l'ont incinérée, j'ai compris que je vivrais la fin de mes jours sans elle et que je ne la reverrais plus jamais.
Je ne sais pas comment faire sans elle...

Merci.

Afficher la suite 

Votre réponse

9 réponses

0
Merci
Je ne sais pas comment te dire tout ca, je suis maman depuis 4 ans et je suis terrorisée à l'idée que je pourrais mourrir un jour et laisser mon enfant continuer à vivre sans moi, mais je sais aussi que quoi qu'il arrive je préférerai partir à sa place et que sa vie à lui est plus importante que tout au monde. Ta maman n'a surement pas choisi de partir et ca à dû être très dur pour elle de devoir te laisser te débrouiller sans elle. Elle te manquera toujours mais tu as la chance d'être en vie aujourd'hui et cette vie mérite d'été vécue parcequ'elle n'a pas eu cette chance.
Autre chose : tu n'est pas obligé d'en parler avec ta famille tu peux aussi leur dire que ca te mets mal à l'aise. Vois-tu un psy ou quelqu'un qui pourrait t'aider à traverser cette épreuve ? Je te souhaités beaucoup de courage et saches que l'amour de ta maman ne te quittera jamais parce qu'il est dans ton cœur depuis ta naissance.
Céline,

c'est beau de voir combien ta maman te manque et peut-^etre le sait-elle (selon les religions qui existent...elle a peut-^etre la possibilité d'^etre en contact avec toi sou forme d'énergie). Tu dois en garder le souvenir et faire ce et comme tu te sens.. en parler ou pas, de la façon dont tu en as envie et tu dois surtout aller de l'avant et poursuivre votre objectif.. elle t'a donné la vie et voulait sans aucun doute tout ce qu'il y a de mieux pour toi.. alors suis tes objectifs et/ou r^eve et pense qu'elle est dans ton coeur et donc active avec toi... et partie de ta réalisation. Tu es jeune mais vai!!!!Bises. Sophie (je suis une maman moi aussi).
Oui, quel que soit l'âge auquel on perd sa mère, elle manque... Cependant, je pense que vous êtes vraiment jeune pour vivre tout ça. J'ai accueilli mes neveu et nièces de 4, 8 et 11 ans suite au décès de leurs parents. Je ne prétends pas avoir remplacé leur maman, mais avoir été une maman de substitution. En effet, devenus adultes, les trois ont les mêmes relations avec moi que mes autres enfants. On n'oublie pas. On vit, c'est tout. Y aurait-il une femme, de la famille ou non, qui pourrait vous comprendre, vous épauler et jouer un peu le rôle de maman, sans pour autant prendre sa place? Faites bien le tour de vos relations, vous trouverez peut-être. Je vous comprends.
cece77cg
Messages postés
7
Date d'inscription
jeudi 23 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
30 juin 2016
3 -
Bonjour, j'ai moi-même perdu mon père à l'âge de 15 ans et je n'ai même pas pu, comme toi, le revoir une dernière fois avant qu'on ne l'enterre. Quand je suis rentrée de vacances, où j'étais injoignable, il était mort et enterré.... J'ai aujourd'hui presque 46 ans et mon deuil n'est toujours pas fait et ne le sera jamais. C'est difficile ce que tu vis, même pire pour la perte d' une maman je pense. Dis toi qu'elle te regarde de là-haut, qu'elle te protège et te surveille. Quid de ton papa? Êtes vous proches tous les deux? T'apporte-t-il (ou essaie-t-il?) de l'amour, du soutien, ou est-il lui-même abattu? Il faut que tu sois forte de toute façon, tu n'as pas le choix, on apprend à vivre avec. Construis-toi un bel avenir, celui qu'elle aurait souhaité pour toi. En plus tu es une ado c'est déjà une période difficile à ton âge. Sois forte et bats-toi pour ne pas sombrer, ce n'est pas ce qu'elle autrait voulu pour toi n'est ce pas? Je t'embrasse.
Commenter la réponse de Nefer0212
0
Merci
Coucou Céline,

Ta lettre est immensément touchante, mais il n'y a rien que l'on puisse faire, hélas pour remplacer l'être irremplaçable qu'était "TA" maman. Moi, je suis "une" maman, mais pas la tienne. Je pourrais t'entourer de toute l'affection possible et imaginable, çà ne serait rien par rapport au plus petit signe qu'elle pourrait te témoigner... Et c'est bien çà le plus dramatique : une maman, on n'en a qu'une et quand elle part, il faut apprendre à vivre sans elle, ce qui relève du pur exploit quand on a ton âge !!! Je te souhaite tout le courage du monde, et n'oublie jamais que de là où elle est, elle t'enverra la force, la détermination et la volonté dont tu as besoin pour faire face à l'absence. Et surement plein de petits signes, que toi seule verra ou éprouvera, et qui seront autant de preuves d'amour pour toi. Ceux qu'on chérit ne meurent jamais, ils restent dans nos coeurs pour toujours, et derrière notre épaule, tout près de nous. Elle est bien là, sois rassurée, elle te protège et veille sur toi. C'est juste que tu ne peux pas la voir, ou la toucher. Mais peut-être peux-tu la ressentir ?
Je t'embrasse très affectueusement !
Commenter la réponse de anonyme
Messages postés
1
Date d'inscription
jeudi 7 avril 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
7 avril 2016
0
Merci
Bonjour,
J'ai activé un compte afin d'avoir la possibilité de te répondre car dans ton message je me suis reconnue.
J'ai perdu ma maman à 16 ans et j'ai aujourd'hui 31 ans. Avoir l'impression de ne pas pouvoir vivre sans elle est normal car ta maman est l'être le plus important dans ta vie.
La perte de ta maman est récente, il faut que tu fasses ton deuil...
Je t'avouerais que j'ai fait mon deuil il y a "peu" car c'est un long chemin. Mais déjà tu arrives à en parler et c'est très courageux.
Bizarrement tout comme toi le jour de mon anniversaire était [est] un moment pénible car il manque un appel, un bon anniversaire de la part de ta maman.
Vivre la perte de sa maman est une dure épreuve mais au fil du temps tu trouveras la "méthode" qui te permettra de "vivre" [survivre] avec ce manque.
Je ne te cache pas que ta maman te manquera tout le temps. Pour ma part, elle nous a quitté il y a 15 ans et le manque est toujours aussi présent.
Chaque personne fait son deuil à sa manière. Je m'accroche au fait que je sais qu'elle me regarde [indépendamment d'une quelconque religion] et j'ai voulu la rendre fière en fonçant dans la vie, en faisant des études, en évitant les bêtises.
Je n'étais pas une élève exceptionnelle mais après j'ai foncé dans les études, j'ai eu mon bac puis j'ai enchaîné 5 ans d'étude de droit. Aujourd'hui, je suis pleinement épanouie dans mon travail mais je suis également satisfaite car je sais qu'elle doit être fière et je continue à la rendre fière de moi. Rends la fière de toi même si elle doit déjà l'être.
Tout comme aujourd'hui, dès que tu ressens l'envie d'en parler, l'envie de pleurer n'hésites pas.
Je suis allée voir un psychiatre seulement l'an dernier et il m'a aidé à mettre des "mots sur mes maux" et il m'a conseillé pour y faire face.
Il faut malheureusement vivre avec le souvenir et il est important de continuer à parler de ta maman avec ton père, frère et sœur.
Quand mon petit frère faisait des bêtises je n'hésitais pas à lui dire "penses-tu que maman serait contente?"
Je n'ai pas la prétention de dire que ma manière de vivre la perte de ma maman est la meilleure mais en tout cas elle m'a aidé à avancer.
C'est un long chemin mais tu y arriveras et je trouve que ton cahier est un premier pas. Peut-être qu'un jour tu ne l'ouvriras plus mais tu auras livrer toute ta tristesse et c'est important de l'évacuer.
Si je peux te donner un dernier conseil je te déconseille vivement les médicaments que les médecins n'hésitent pas à donner alors même que l'on a que 16 ans et qui te permettent d'oublier mais "artificiellement".
Sois courageuse!

Bonjour, j'ai egalement  perdu ma maman a l'age de 16 ans et aujourd'hui j'en ai 32 .... J'ai parfois des coups de blues , mais il faut avancer en effet c'est ainsi nous n'avons pas le choix..... 

 

Commenter la réponse de Cocochou83
0
Merci

Bonjour, j'ai moi aussi perdu ma maman quand j'étais jeune j'avais 10 ans. Elle est décédee le 20 Septembre 2005 et moi je suis né le 19 Septembre 1995. Aujourd'hui j'ai 23 ans et elle me manques toujours je me dis a chaque fois elle aurai du etre la pour mon anniversaire mais au final elle est pas la. Mais je fais avec 

Commenter la réponse de lolodu49
0
Merci

Bonjour Céline. Je t écris 1an plus tard mais je sais que la perte d une maman est un vide à vie...je l ai perdu à 2 ans et j ai 40 ans.alors c est une épreuve très difficile (si ce n est la plus dur) que j ai vécu ds ma vie.je n ai pas connu ma maman contrairement à toi mais je l ai connu à travers son absence .elle me manquait à la sortie de l école. Le jour de mon mariage etc...etc...C est encore très douloureux aujourd'hui et je sanglotte comme un bébé par période.c est pour te dire que cela laisse un grand vide qu' il est très difficile de combler et ce durant le reste de sa vie.pourtant il faut faire le choix de survivre à cette énorme perte pour honorer sa mémoire er la rendre fière.. de la vie qu' elle a laisser sur terre ....C est ainsi que j ai eu la force de survivre ds un premier temps et après d exister et de vivre ma vie...rien ne peut la remplacer mais essayer d être comme elle aurait voulu que tu sois cad heureuse ...C est le challenge des survivants .je te souhaite de construire une belle vie à toi .

Commenter la réponse de Sisi
0
Merci

Bonsoir,

malheureusement et heureusement tu n’est pas seule dans ta peine et ton chagrin, c’est douloureux, et il faut du temps. 

J’ai perdu ma maman le 23 décembre dernier, j’ai 44 ans . 

 

Maman était malade depuis 12 ans et ont étaient tous préparé et portant.

ce qui me fait avancer c’est de me dire qu’elle m’accompagne, qu’elle est dans mon cœur et mes pensé, elle protège mes enfants de là où elle se trouve. 

Il faut apprendre a vivre avec , et chaque jour que Dieu fait, j’essaie de me convaincre qu’un jour je serai près d’elle et pour l’éternité,

en attendant je fais les choses comme elle l’aurait souhaité pour moi et mes enfants, en faisant de mon mieux.

Une maman aime ses enfants de tout son cœur, et je suis persuadé qu’elle veille sur toi. 

Aime la vie , comme elle aurai aimé le faire, c’est ce qu’elle aurai voulu pour toi, comme moi pour mes enfants.

sois heureuse , et aime la vie, c’est ce qu’elle aurai voulu pour toi....courage.

 

 

Commenter la réponse de Fanny
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 25 mars 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
30 mars 2019
0
Merci

Bonjour Céline. Je viens de voir ton post. J ai vécu la même chose que toi. J ai perdu ma maman d un cancer a l age de 26 ans. Elle avait 55 ans. Déjà 11 ans qu elle n est plus à mes côtés et pourtant la douleur est toujours aussi grande. Je pleure encore beaucoup malgré les années qui passent. C est ta mère et ça le restera toujours quoi qu il arrive. Il va falloir que tu apprenne à vivre avec  Je c est que ce n est pas facile mais tu apprendra. Tu n à pas le choix. Je t envoie tout mon courage. 

Commenter la réponse de Daenerys130
0
Merci

j'ai perdu la miene il y a maintenant 60ans, elle me manque toujours

Commenter la réponse de gi
0
Merci

Bonjour Céline, comme ton message est touchant. C’est le courage que tu as trouvé pour partager ton manque et ta souffrance qui me font croire que tu as des ressources pour trouver des solutions et pallier au manque de ta maman. Suis ton instinct et n’hésite pas à demander de l’aide, quelle qu’elle soit: une oreille bienveillante, se serrer dans les bras, pleurer ensemble, qui sait peut-être rire également ... Je partage avec toi ce manque de maman depuis plusieurs années. Ma maman est décédée il y a bientôt 1 an et demi suite à une maladie neurologique dégénérative diagnostiquée 15 ans auparavant. Avant son diagnostic, elle souffrait déjà de dépression depuis de nombreuses années. J’ai donc été amené à apprendre à vivre avec une maman qui avait beaucoup de difficultés à remplir son rôle depuis mes 7 ans. Je lui en ai beaucoup voulu, malgré tout, rien au monde n’a jamais pu remplacé l’amour que je sentais pour celle qui m’avait donné la vie. Ses maladies l’ont rendu absente depuis si longtemps, que je croyais pouvoir survivre à son grand départ. Et pourtant, son décès m’a fait prendre conscience de la souffrance silencieuse dans laquelle je me trouvais depuis des années. Ce mélange de sentiments du soulagement des souffrances de ma mère et le manque physique de sa présence. Elle n’était peut-être pas la meilleure des mamans mais c’était Ma maman. Aujourd’hui, je me dis qu’elle est en moi, présente dans mon coeur, probablement plus qu’auparavant. Je regrette qu’elle n’ait pu connaître mes enfants mais au fond de mon coeur, je me dis qu’elle est en eux également. Je parle souvent d’elle à mes enfants, qui sont attachés à elle. Ils sentent les sentiments qui nous lient et chérissent cette personne inconnue qui leur a légué leur maman. Ta maman sera toujours présente en toi, elle t’a offert la vie, alors prend-bien soin de ce lègue. 

J’espere que tu trouveras les meilleures alternatives pour trouver du réconfort et continuer à aimer et vivre la vie pleinement. Je t’embrasse tendrement.

Commenter la réponse de nanou