Pourquoi ma fille Laure m'a renié ? [Résolu/Fermé]

- - Dernière réponse :  une maman - 5 déc. 2014 à 14:30
pourquoi ma fille Laure m'a renié ?
Afficher la suite 

13 réponses

Meilleure réponse
74
Merci
mon fils m'a renié il y a six ans et à ce jour je ne sais pas "entièrement" pourquoi les conséquences ont été épouvantables je ne vois plus mes petits enfants depuis ces six ans je ne connais pas le dernier enfant qui me ressemble comme l'ainée il a refusé la médiation familiale ainsi que sa femme alors protégez vous on ne refait pas le passé peut être au moment où vous ne vous y attendez pas elle vous recontactera d'ici là tenez bon sortez, dés que vous pensez à elle faites des mots croisés allez voir des gens gais ne restez pas chez vous à côté du téléphone je vous donne mon adresse si vous voulez bavarder je vous répondrai avec plaisir. mon fils a 41 ans et moi 61ans maintenant pour lui seuls ses beaux parents comptent il ne veut pas voir de photos de son enfance je peux vous aider j'ai enfin surmonté ma peine je suis en accord avec moi-même je me suis excusée il n'ya pas eu la même chose de leur part cela n'est pas grave j'attends de vos nouvelles amicalement chantal

Dire « Merci » 74

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

Journal des femmes 3883 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Sagesse17
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 16 novembre 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
16 novembre 2014
-
Je vis cette même situation depuis 3ans. Est ce que cela s'est arrange pour vous depuis. Je souffre énormément. Je ne peux pas voir mes deux petites fille de 4 et 2 ans. La raison reste tellement floue. J'ai tellement Gate mon fils et ma belle fille mais suite à mon divorce, malgré que c'est le papa qui est parti, mon fils a pris ses distance et à chercher des excuses puis plus rien sauf des reproches et mesquineries. Maintenant, c'est la compagne qui prend le rôle de grand mère. Bien difficile de vivre cela au quoditien. Pas un jour je ne penses à mes deux princesses
Je suis dans le même cas mon fils me renie pour une broutille il ne voit que par sa belle famille et son père car moi aussi je divorce trompée brutalisée je n'en peux plus ...
-
Bonsoir,
Je suis désolée de vous le dire, mais vous avez votre part de responsabilité, à 50%
Je lis ces 3 témoignages, et je constate que vous ne parlez QUE de vous : Vos besoins ,VOS princesses, VOUS, VOUS et encore VOUS...non mais!
La question à se poser est : Comment vos enfants ont-ils réussi à rester aussi longtemps à vos côtés sans étouffer sous vos besoins?

Pour illustrer, vous dites "mon fils me renie pour une broutille": Jugement de votre part, encore VOUS au centre des préoccupation, vous niez son point de vue. En quoi serait-ce une broutille? N'est pas plutôt la goutte qui fait déborder le vase?

Il me semble que pour vous 3, la solution de victimisation est bien plus confortable que de regarder ce qui est insupportable chez vous pour vos enfants.
C'est une attitude que je juge très égoiste et tout autant égocentrique.
C'est sans doute des gens comme vous qui se victimise de cette situation, mais qui n'entend jamais les vrais besoins. Vous êtes déconnectés...
A bon entendeur, bonne route.

PS: inutile de me "remercier", je ne fais qu'apporter ma contribution, à ceux et celles qui voudront bien ouvrir les paupières pour voir la vérité en face. Les appels au secours que vous avez déposé ici sont faits pour ça. Inutile de retomber dans une énième victimisation....c'est un manque de dignité à la fin, dela en deviendrait gênant tellement c'est impudique.
> La goutte de trop -
Vous avez un coeur de pierre, courage pour lavenir.
38
Merci
Je pense que comme beaucoup d'enfants,elle est-ingrate et ne veut plus se souvenir de tout ce que vous-avez fait pour elle....Elle le regrettera amérement un jour,laissez là et si elle revient,ne l'acceuillez pas-à bras ouverts,elle ne le mérite pas.....Nous les-adorons,mais-ils n'ont tout de méme pas tous les droits....
37
Merci
Bonjour, C'est une question bien personnelle ! Je pense que vous avez certainement une petite idée de la raison qui l'a poussée à vous ignorer ? Avez-vous réellement analysé en toute neutralité les circonstances de son éloignement ? Avez-vous eu une histoire de famille ? a t-elle été influencée par son conjoint parce que l'amour lui a peut être fait tourner la tête !! une fille n'abandonne pas sa mère sans raison... je ne le crois pas. Si vous avez une part de faute, vous pourriez faire le 1er pas, avoir une discussion, écrire une lettre et renouer. La vie est tellement courte, foncez avant qu'il ne soit trop tard. Je vous souhaite beaucoup de courage
32
Merci
Nous-avons tous ces""belles""surprises lorsque l'on a bien terminé de les-élever....Nous sommes des milliers et souvent un entourage malsain peut faire ces ravages.....C'est mon cas....Courage....Moi,j'ai fini par me faire une raison et je REVIS......
25
Merci
On a parfois l'impression que l'on est seule à vivre une situation , et lorsque l'on vagabonde sur le net, on se trouve devant une réalité bien triste.... ouf, je croyais être un "spécimen" unique, mais ce n'est pas le cas, et cela contribue à mettre du baume au coeur.
J'ai élevé trois enfants, des caractères forts, des révoltés permanents.... mais c'étaient mes enfants.
Un jour, la petite vie de famille que j'avais bâtie, a commencé à tomber en miettes ; pourtant mes enfants devenaient adultes et malgré les accidents de parcours (une grossesse à 18 ans pour ma première fille et une autre grossesse..... à 16 ans pour la deuxième), j'ai appris à gérer, menant de front mes soucis familiaux et mon boulot qui a grandement contribué à me maintenir à flot, tant financièrement que psychologiquement.
Je gérais ma troupe et je m'efforçais de "pousser vers le haut", un époux que j'ai aidé à changer de statut social (changement de niveau professionnel, reprise d'études, etc....).
Malheureusement, il a quitté le milieu de l'usine, pour des cieux plus cléments et plus.... "féminins", et s'est épris de l'une de ses collègues qui est 13 ans plus jeune que moi, une jolie blondinette qui est loin de connaître les affres de la cinquantaine.
J'ai essayé de le récupérer pendant des mois sans succès, et j'ai fini par partir du domicile conjugal (à ce moment-là, mes enfants étaient tous majeurs).
J'ai tout simplement refusé d'être la 5ème roue du chariot, si je peux dire.....
Depuis lors, je suis devenue "persona non grata", celle dont on dit qu'elle est folle furieuse, dérangée, mauvaise mère (j'ai même appris que j'avais battu mes enfants et petits enfants.... je l'ignorais).
Je vois ma seconde petite fille grâce à la gentillesse de sa grand-mère paternelle chez qui elle vit, ma fille n'en ayant pas la garde, en tout cas, pas pour le moment.
Pour ma première petite fille, j'ai essayé de la voir, ne fut ce qu'une heure alors qu'elle était en vacances chez son père................on me l'a interdit car lorsque je me suis présentée au rv prévu, j'ai trouvé porte close..... c'est dommage, qu'en tant qu'homme, il obéisse aveuglément à ma fille avec laquelle il ne vit même plus.
Je sais que d'ici quelques mois, je serai de nouveau grand-mère.....mais je n'en aurai que le nom.
J'ai pourtant essayé de m'expliquer avec mes enfants mais à chaque fois, c'est l'échec complet.
Les seuls contacts par mail se sont soldés par une collection de noms d'oiseau dont je vous passe les détails. Visiblement elles ont choisi de faire confiance aveuglément à un père qui ne leur dira jamais toute la vérité sur ses frasques. Il est si facile d'endosser le bon rôle, sans prendre ses responsabilités.
Je sais aussi que dès lors que ma seconde petite fille retournera vivre chez sa mère, je pourrai aussi faire une croix dessus.
Je sais que le temps jouera en ma faveur car même si les moments de fêtes propices aux réjouissances sont les plus durs, je continuerai à vivre.
Je leur souhaite de vivre leur vie sans souci car nul n'est à l'abri de mauvaises surprises et j'ai décidé de ne pas être celle chez qui on viendrait sonner à la porte parce que l'on a des ennuis et que l'on se souvient qu'elle existe......
J'ai vécu cette situation avec ma maman que mon frère a rejetée durant toute sa vie (il a rejeté maman tout simplement parce qu'elle m'a mise au monde et qu'elle le privait de son statut de fils unique)...... j'ai vu durant des années, ma maman pleurer à chaudes larmes lorsqu'elle croisait mon frère dans la rue et qu'il changeait de trottoir avec ses enfants pour ne pas la voir..... elle refermait la porte et se cachait pour pleurer.....
Je ne suis pas de cette race-là..... la vie vous endurcit ..... n'en déplaise à certains si je vous choque...... c'est mon opinion et cela n'engage que moi.
J'ai tout organisé pour que le jour où je fermerai les yeux, il ne reste plus rien de mes ressources financières car on dit toujours que l'on ne peut pas déshériter ses enfants.... pas de souci.... je ne laisserai rien derrière moi. J'ai toujours eu le sens de l'organisation et je n'ai pas perdu mon "don" que j'applique petit à petit afin de donner à celui qui le mérite.
Mon enterrement sera payé, organisé, et surtout, pas de tombe : crémation et dispersion sur la pelouse prévue à cet effet.
Au moins, je servirai d'engrais aux pâquerettes et je pense qu'elles en seront reconnaissantes....
Ce que je dépense, est fait pour aider les autres, ceux qui en ont besoin.....
Voilà mes états d'âme, par une nuit d'insomnie (ce qui est très rare chez moi.....).
Que les femmes dans la même situation sachent qu'elles ne sont pas seules et que même si parfois c'est difficile, il faut rester soi-même, avoir ses opinions, et surtout rester dignes car dans pareille situation, on est souvent "bombardés" de méchancetés en tout genre qui n'ont pour but, que de vous salir et de vous humilier.
A bon entendeur....................
verodupoitou
Messages postés
1
Date d'inscription
jeudi 20 février 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
20 février 2014
-
Trinette, c'est mon histoire que tu racontes !
A la seule différence que c'est mon mari qui m'a quittée pour une toute jeune fille alors qu'il avait atteint la cinquantaine et une brillante situation professionnelle grâce à mon appui et mes relations de l'époque...
Mais pour le reste, c'est pareil : mes enfants ne souhaitent plus me voir, le plus jeune répond à mes mails par des grossièretés et l'ainée m'a mise en courrier indésirable selon son ex-mari.
Inutile de préciser que depuis des mois ni l'un ni l'autre ne répondent à mes appels téléphoniques ou sms...

Tout comme toi, je découvre des turpitudes que j'aurais commises mais... que j'ignorais !
Alors que mon mari m'a trompé durant les dernières années de notre mariage, qu'il en est arrivé à me frapper, j'ai caché les faits à mes enfants pour ne pas les perturber.
Et j'apprends 3 ans après que j'ai trompé mon mari !!!!
Alors qu'il est bi-polaire et a toujours refusé de se soigner, j'apprend que j'ai "toujours été folle". Voilà pourquoi je piquais des crises les derniers temps de notre mariage (heu... n'étais-ce pas des crises de désespoir devant un mari qui me mentait sans arrêt pour retrouver sa maitresse ?). Parce que oui, il m'a rendue folle à nier les évidences, à casser le téléphone ou l'ordinateur sur lequel je lui montrait les preuves de son infidélités. Il cassait tout, il me battait mais.... c'est parce que j'étais folle !

Mais à quoi bon ressasser mes griefs ? Définitivement ils ont choisi leur père qui a une belle maison avec piscine (pratique pour inviter les copains !) et plus apte que moi à leur payer de belles vacances au bout du monde et le dernier Ipad...

Le VRAI problème est lorsqu'on est persuadée d'avoir tout fait au mieux pour ses enfants et son couple. Evidemment, j'ai dû faire des erreurs comme tout parent, mais j'ai été une épouse fidèle, économe, aimante, inventive et sexy même ! Et je me suis battue pour garder mon mari, j'ai même accepté l'innacceptable en espérant le voir me revenir.
J'ai été une bonne maman je crois, j'ai fait ce que j'ai pu pour mes enfants comme le font toutes les mamans. Et je n'ai jamais rien attendu en retour, contrairement à certaines de mes amies qui attendaient une certaine reconnaissance pour les privations qu'elles avaient endurées pour leur progéniture. Moi non, j'ai toujours été d'avis qu'on ne fait pas des enfants pour soi mais pour les amener à être des adultes heureux et bien dans leur peau.

Et bien le VRAI problème, c'est le regard des autres !!!

Déjà, lorsque mon mari m'a quittée, puis qu'il m'a laissée sans ressource pour enfin me faire expulser de notre logement et m'obliger à retourner chez ma mère (j'ai 53 ans !!) on a commencé à me demander "mais pourquoi te fait-il ça ? Lui si gentil, si attentionné à ton égard, si amoureux ? qu'est ce que TU lui as fait ???".
Car malgré ses infidélités et nos problèmes de couple en fin de parcours, il s'est toujours montré très attentionné et très amoureux de moi en public, devant nos familles et nos amis... et comme je ne parlais de nos problèmes qu'à deux de mes amies les plus proches, les autres se sont "posé des questions"...

Mais ensuite, quand mes enfants ont commencé à me parler de plus en plus mal, quand ma fille ainée (33 ans) m'a dit "tu peux venir voir mes enfants mais chez leur père car je ne veux plus te voir", quand mon fils (30 ans) a commencé à me parler vulgairement, là encore le regard des autres m'a fait souffrir.
"Qu'a t-elle donc fait à ses enfants pour qu'ils traitent leur propre mère de cette façon ?".

Et pour moi aussi, AUCUNE discussion possible : je suis une menteuse !
Quelqu'un pourra t-il m'expliquer pourquoi mes enfants, des adultes responsables et intelligents, avec lesquels j'avais de vraies relations d'amour et d'amitié, qui me mêlaient à leur vie, m'invitant lors de leurs fêtes entre copains, pourquoi maintenant croient-ils leur père sur parole et refusent absolument toute preuve écrite que je pourrais leur montrer ???

L'ainée me dit :" je n'ai pas besoin de tes preuves, je connais la vérité". L'autre me dit "c'est bon arrête avec ton cinéma, tu es folle, tu inventes et personne ne croit à tes élucubrations".
Ni l'un ni l'autre ne veux rien savoir de moi, de ce que j'ai ressenti, de ce que je ressens. Je n'existe plus pour eux, c'est tout !!!

J'ai tout essayé, je crois : leur demander quels étaient leurs griefs à mon égard, quelles étaient leur souffrances, leur écrire des lettres d'amour maternel, les appeler régulièrement une fois par semaine malgré le mauvais accueil que je recevais (quand ils daignaient répondre au téléphone), puis arrêter de les contacter pour leur laisser la possibilité de le faire, cesser définitivement de parler de leur père ou de mes (graves) problèmes personnels financiers et de santé.
J'ai un cancer que je soigne bien, je crois.
Quand je l'ai dit à mon ainée (à l'époque elle décrochait encore le téléphone car ses enfants étaient trop petits pour le faire) elle m'a répondu : "oh toi tu as toujours quelque chose de travers !"... alors que je ne pense pas qu'elle m'ai jamais vue malade ou alitée une seule fois !!
Et le second m'a dit "un cancer ? Tu as un cancer maintenant ? et la prochaine fois tu vas inventer quoi pour faire ton intéressante??"
Et mon ex-mari m'a écrit "arrêtes de faire des salades pour qu'on s'appitoye sur ton sort. Si tu es vraiment malade, tu as la CMU, non ? Alors fais pas ch...."

Donc, je ne parle plus de rien et aucun des deux, JAMAIS ne m'a demandé de mes nouvelles, pas même par l'intermédiaire d'amis ou de famille qui me l'auraient dit.
Je pourrais mourir demain que ce serait au mieux de l'indifférence, au pire un soulagement.

Alors, voilà, je suis balottée entre ceux qui me disent "lâches prise, ils ne te valent pas, un jour ils comprendront, tu as fais ce que tu devais faire maintenant laisse les et passes à autre chose" et ceux qui horrifiés me conseillent "mais tu dois insister, tu ne dois pas laisser le fossé se creuser, les enfants sont sacrés, tu n'as pas le droit de renoncer, continues à les relancer"...
Mais je me suis trop fait humilier, parfois en public : un jour que je rencontrais mon fils par hasard dans un centre commercial (qui est assez loin de chez lui et de chez moi) je suis allée vers lui et il m'a dit "qu'est ce que tu veux ??". J'ai répondu "bonjour !!". Et lui "c'est bon, casses toi !". IL faut dire que lorsque nous étions une famille, ces mots (tout comme celui utilisé par leur père) n'avaient pas droit de cité chez nous, je suis donc toujours extrêmement choquée de ces écarts de language... Je lui ai répondu doucement "L, je te dis bonjour, tu pourrais me répondre, s'il te plait" et là, dans une galerie marchande un samedi après-midi il a commencé à crier " mais qu'est ce que tu veux, qu'est ce que tu viens m'em....r" et avant d'avoir eu le temps d'ouvrir la bouche il a hurlé "va te faire f.... !" et il est parti..

Je vous laisse imaginer l'horreur de la situation, l'humiliation pour moi, la pitié dans certains regards, l'interrogation dans les autres "c'est qui cette femme, qu'est ce qu'elle a fait ou dit à ce jeune homme pour le mettre dans cet état ?". Et c'est ce que les curieux sont venu me demander "mais qu'est ce que vous lui avez dit ?". Je pleurais, j'ai bafouillé, c'est rien, c'est mon fils, on s'est disputé" et là j'ai vu dans les regards "et bien on ne peut pas dire qu'elle l'ai bien éduqué son gamin pour qu'à son âge il se permette de parler comme ça à sa mère !""

Depuis j'ai essuyé d'autres rebuffades mais malgré tout je n'arrive pas à y croire. JE N'ARRIVE PAS A Y CROIRE !!! je ne peux pas croire que MES enfants, mes tout petits, mes bébés si calins soient devenus des monstres sans coeur et que, surtout ils ne me donnent aucune raison à leur attitude.
C'est dur, très dur d'être rejetée sans en savoir la raison, mais subir cette injustice de la part de ses propres enfants, c'est horrible ! Si au moins ils me reprochaient quelque chose, je pourrais me battre, argumenter, m'expliquer, que sais-je ??
Mais là, je me bats dans le vide, je brasse de l'air, je crie et personne ne m'entend...

Voilà, excusez-moi vous qui me lisez - si toutefois vous avez eu la patience d'aller jusqu'au bout ! - pour la longueur de ce texte mais cette nuit, je me suis lâchée !!!
D'avoir rencontré une "semblable" sur ce site m'a fait un choc : je croyais être la seule à souffrir cette injustice. Merci pour m'avoir prouvée que je ne suis pas un monstre, que je ne suis pas folle, mais que je suis simplement victime de la méchanceté d'un homme et de la bêtise de mes enfants.
Merci de m'avoir lue, merci de laisser un commentaire si vous le souhaitez....
Si seulement vous étiez la seule, je commence la même histoire avec les mêmes âges, mais moi il y a en plus un fond d'obligation alimentaire sur ma mère de 86 ans !!!! moi je survis et mes enfants sont dans un monde de fric, de m'entendre dire tu n'avais qu' a faire des études, tu pourrais payer la maison de retraite de ta mère, et je passe les insultes, les ingratitudes, les humiliations, et je fais bonne figure ayant un métier en accueil de public, la façade est la et l'intérieur est en miette !!! c'est quoi ces jeunes qui ne regardent que leur nombril, je suis tellement fatiguée moralement, et ce n'est que le début, mais quand je lis c'est témoignages je ne suis pas seule dans ce cas, je n'y croyais même pas, je pensais être unique dans ce cas !!!! démentiel, mais du coup j'avais des idées plus que le noir, là je vais laisser ces monstres de coté !!!! tans pis mes petits enfants je ne les voyais déjà pas énormément (éloignement géographique), je ne vais pas me morfondre, j'ai fais tout ce qui était en mon pouvoir et mon savoir, j'ai 62 ans je vais assurer mes arrières car maintenant je sais ce qu'il m'attend quand je serais plus âgée, les grands mères sont des poids pour ces générations ou tout a été sur un plateau doré, je remarque que lorsque c'est la femme trompée qui s'en va et subviens à leurs besoins nous avons eu tout les tords bizarre.
bon courage une maman et une mamy complétement désabusée
Jehannedarc
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 22 juillet 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
23 juillet 2014
-
Je suis dans le cas contraire, mais j'en subis les mêmes conséquences. J'ai 57 ans, 2 enfants que j'ai toujours élevés avec amour, à qui avec mon mari, nous avons donné tous les outils pour réussir dans la vie, études, culture, ouverture d'esprit (du moins l'avons-nous cru). Financièrement, nous avons eu des fins de mois difficiles, mais nous avons réussi à investir dans une maison, puis un appartement, notre niveau de vie restant tout à fait correct, vacances, voyages, etc. Bref, ils n'ont été privés de rien. Mon mari et moi avons toujours travaillé, les enfants n'en ont pas souffert, leur père rentrant vers 16 h 00 chaque jour et moi-même enseignante, nous étions très disponibles pour eux. Si nous n'avons aucun problème avec notre fils, notre fille a, depuis l'adolescence, posé beaucoup de problèmes. Tout d'abord, jamais elle n'a su donner de la tendresse. Nous avons toujours été en conflit, mais j'ignore encore pourquoi. Au l'âge du collège déjà, j'avais l'impression que je lui faisais honte. A l'adolescence, la crise a été loin quelquefois, il y a même eu des passages au commissariat. Elle a fait des études à l'autre bout de la France, je croyais que les choses s'étaient arrangées. Puis elle a rencontré son futur mari qui nous a semblé très gentil au départ, mais qui a vite montré son véritable jour, son caractère emporté, ses critiques acerbes envers nous. Il se comporte parfaitement avec elle, mais elle lui est entièrement soumises. Ses idées à lui deviennent ses idées à lui, elle n'a plus aucun jugement personnel, ne s'intéresse plus à rien qu'à ses centres d'intérêt (très limités) à lui. Ses études n'ont servi à rien, elle n'a jamais réussi à garder un travail, elle en a toujours rejeté la responsabilité sur les patrons ou les collègues, mais ne s'est jamais remise en cause. La maternité lui a donné définitivement une raison de ne plus travailler du tout. Elle n' aucune ambition (oh, nous ne rêvions pas d'en faire un ministre, mais tout de même qu'elle ait un boulot solide). Son idéal est d'être femme au foyer. Son mari gagne sa vie, mais assez chichement tout de même. Elle ne comprend pas que nous souhaitions qu'elle travaille, ne serait-ce que pour assurer sa sécurité et celle de ses enfants s'il arrivait quelque chose à son mari. D'après elle, la vie de famille est beaucoup plus importante. Ses grands-parents sont très malades, depuis plusieurs mois nous nous attendons à la disparition de son grand-père, jamais elle ne prend de nouvelle. Plus généralement, si nous appelons, nous avons l'impression de toujours l'ennuyer, elle répond pas onomatopées, elle n'appelle que si elle a besoin de quelque chose. Nous avons décidé de ne plus l'aider financièrement, elle comptait un peu trop dessus je crois. En plus, quand nous faisions quelque chose pour eux, nous n'avions jamais aucun merci. Mon mari et mon fils ont fait des travaux chez eux alors que lui travaillait. Quand il est rentré, il n'a su que critiquer la réalisation et ils attendent encore le merci. Nous ne le faisions pas spécialement pour ça, mais il y a un minimum de correction. Nous avons avalé bien des couleuvres, sans rien dire pour ne pas nous couper d'eux, mais à leur dernière visite, son mari a explosé en nous couvrant de reproches dont je n'entrerai pas dans les détails. Il n'accepte pas que l'on puisse penser et agir différemment de sa façon à lui. Il est du genre psychorigide. Le problème, c'est que ma fille le devient aussi. Elle vient de venir passer quelques jours chez nous seule avec le bébé (pour ça il a fallu que je paye le train et même un peu plus), nous n'avons pas eu un sourire, pratiquement pas une parole, elle a passé son temps scotchée devant la télévision alors que je m'occupais du bébé. Bon, c'était un plaisir pour moi, mais tout de même. Mon mari et moi souffrons beaucoup de voir comment elle a évolué. Nous avons toujours été très proches de nos parents, nous-mêmes n'avons ni frère ni soeur. C'est très douloureux de se sentir rejetés comme ça alors que nous n'avons rien à nous reprocher.
> Jehannedarc
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 22 juillet 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
23 juillet 2014
-
Bonsoir,

Vous rendez-vous compte que vous ne parlez que d'une relation financière au lieu d'échanges riches durant toutes ces années où votre fille était présente et aimante à vos côtés? Vous n'avez que des certitudes, vous êtes certaine d'avoir bien fait.

Comment un dialogue est-il possible alors dans ces cas là? Laisser la place à l'autre, votre fille en l'occurrence, pour exister dans cette relation, voilà la clé.
Vous projetez trop de choses sur elle, vous la voulez come vous l'imaginez. C'est une autre personne que vous avez devant vous. Acceptez-le et regardez-la telle qu'elle est. Elle se protège de son mieux pour exister et ce malgré vous qui êtes étouffante tant vous voulez de choses.

Finalement, ce n'est pas vraiment pour elle, mais plus pour vous et vous guérir de vos propres blessures.
L'amour désintéressé que vous racontez n'est pas réel, cherchez bien au fond de vous. Ce n'est pas un don désintéressé. Voulez-vous entendre que vous avez tout bien fait? Vous avez besoin d'une validation pour exister en tant que mère et maman?
C'est un besoin non satisfait de valorisation de votre égo qui vous éloigne de votre fille. Vous lui reprochez de ne pas satisfaire ce besoin.
Le reste n'est que duperie.
Pas votre souffrance bien sur, mais les motifs que vous exposez.

Quand vous avancerez, tout avancera.

Bonne route.
Merci, vous m'aidez beaucoup à mieux comprendre ma situation et je suis d'accord avec vous. J'ai rien fait de mal ,j'ai juste exprimé mes opinions à ma fille et elle a décidé de prendre la distance de moi. On n'a abandonne pas une mère à cause de cela.
Messages postés
27658
Date d'inscription
mercredi 22 février 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
15 janvier 2020
77
12
Merci
votre fille a fait son choix de ne plus vous parler suite a votre choix.

suivant ce que vous désirez le plus, gardez ou changer votre choix
9
Merci
allez vous mettre à ses genoux si vous l'aimez!!!
9
Merci
non,Mireille !pas à ses genoux mais écrivez lui que votre coeur saigne que vous l aimez et qu un lien entre une mére et ses enfants ne doit jamais se rompre ayez une conversation franche et méme si c est vous qui avez raison sachez vous retenir de certains propos! la vie est si courte et les remords que l on a aprés ne servent plus à rien Bon courage
9
Merci
Je suis dans le même cas que vous. Mon fils m'a renié et ne veut plus me voir sans raisons, du jour au lendemain. Surement influencé et manipulé par sa belle famille, cela fait 2 ans mais je pleure encore chaque jour de ne pas comprendre ce qui a pu causer cela et de ne pas pouvoir en discuter car il refuse tout contact. Je ne vois plus mes petites filles mais je me bats pour les revoir. Je ne peux pas me résoudre à cette situation et j'espère de tout mon coeur qu'il aura un jour le déclic et qu'il reviendra vers moi, avant qu'il ne soit trop tard. C'était inimaginable pour moi qu'une chose pareil m'arrive un jour et pourtant.... j'ai toujours eu une entente parfaite avec lui et sa belle famille mais du jour ou il a été habiter dans le même immeuble qu'eux tout a changé, je ne sais pas pourquoi, je sais que je n'ai rien à me reprocher et j'espère..... Courage a vous toutes qui vivez cette situation.
Pour moi pareil je ne comprend pas ce qui m'est arrivé, effondrée lors du mariage de mon fils lorsqu'il ne m'a pas demandé de l'accompagner à l'autel de l'église alors que la mariée était accompagnée de son père et qu'au moment du repas ils(les mariés) ont passé un diaporama avec le parcours de leurs jeunesses, qu'elle surprise de m'apercevoir que mon fils n'en avait pas !!! tout a commencé avec l'armée. Aujourd'hui à l'aube de mes 50 ans, je souffre de cette situation, j'ai donc décidé d'aller voir un toubib, car trop perturbée, j'avais de mauvaises idées. Aujourd'hui je reprends le dessus, je fais du sport comme je l'ai toujours fait, je prend soin de moi, je travaille et forte heureusement, car l'échange avec mes collègues m'aident énormément. Cependant par moment, surtout au coucher et au réveil, je me demande POURQUOI ?
maryse1376
Messages postés
1
Date d'inscription
mardi 13 mai 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
13 mai 2014
-
Mes 2 enfants m'ont renié du jour au lendemain alors que je les ai élevés seule (écoles privées etc...) A 21 ans (il y a 9 ans) mon fils est parti habiter dans l'appartement de son père qui emménageait avec une compagne. Sans prévenir. Un jour il a pris son sac, il est parti.Jusqu'alors j'avais des relations normales avec leur père : ce dernier a changé de numéro de portable. Je n'ai plus eu de contact. Ma fille plus jeune est restée avec moi Avec le temps, elle devenait odieuse. Puis à 21 ans (il y a 4 ans) elle est partie habiter avec son copain sans me prévenir. Toute la souffrance et les espoirs pendant ces 9 ans! Je ne disais rien, je patientais me disanr qu'avec le temps, l'âge...J'ai réussi à joindre mon fils pour une explication. Je suis folle" "Je ne suis pas leur mère, Ils n'ont rien à voir avec moi!"
C'est irrationnel. Pourquoi ne sont ils pas aller habiter chez leur père plus tôt ?C'était totalement imprévisible.
C'est incroyable que je ne sois pas la seule! Je ne crois pas qu'on puisse s'en remettre. 10 ans de souffrance, ma vie s'est arrêtée. Que peut penser votre entourage de vous? Fuir dès que je serai à la retraite et comment ne pas y penser jour et nuit?
On aimerait au moins comprendre. Etre renié mais pourquoi.
Jehannedarc
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 22 juillet 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
23 juillet 2014
-
Je finis par me dire tant pis pour eux, ils comprendront un jour en ayant sans doute les mêmes problèmes avec leurs enfants. Je ne cherche plus à comprendre pourquoi ni comment. Je sais que je n'ai rien à me reprocher, j'ai toujours donné de l'amour, plus qu'il n'en fallait. Alors, maintenant, j'ai décidé de me préserver. Ce qu'ils vivent, ce qu'ils disent glisse sur moi, je suis devenue indifférente, sinon effectivement on y perdrait vite la raison, la douleur serait trop vive. Pourquoi ces blessures permanentes de la part de ma fille et de mon gendre ? Seuls eux le savent. Peut-être a-t-elle besoin de "tuer" la mère pour pouvoir avancer dans la vie ? Hé bien, elle a gagné, je me suis détachée. Je ne croyais pas que cela soit possible, mais qu'est-ce que ça fait du bien.
> Jehannedarc
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 22 juillet 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
23 juillet 2014
-
Chère Jehannedarc, Je vous félicite et je veux vous dire que j'ai fait comme vous. Mes deux fils se sont ligués contre moi il y a quelques années parce qu'ils n'ont pas accepté une décision que j'ai prise pour me faire respecter. Alors, depuis ils boudent. Les trois premières années, j'ai souffert énormément et j'ai pleuré beaucoup. Je ne comprenais rien..., j'étais bouleversée. J'étais déracinée, dans le vide. Je ne pouvais pas croire ce qui était arrivé. Ma décision était pourtant sensée. Mais, mes fils ont des racines chez les mâles dominants qui ont composé une grande partie de ma famille. Ils ont sans doute penser que je devais les consulter...
Alors, un jour, j'ai fait comme vous et j'ai décidé de m'éloigner d'eux émotionnellement. Ça été difficile, comme une lame dans mon coeur, mais peu à peu, je me suis mise à m'occuper de moi et à me faire des plaisirs qu'avant je leur payais.
On aura beau faire le maximum et encore plus, nos enfants ont leur façon bien à eux d'envisager la vie et s'ils commettent des erreurs de jugement, nous sommes souvent les moins bien positionnés pour leur faire comprendre. La vie s'en chargera.
Bonne continuité.
> Jehannedarc
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 22 juillet 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
23 juillet 2014
-
Comme vous êtes malheureuse, aterrée, attristée, aigrie et amère...
Comme vous êtes rongée par la haine, par un sentiment d'injustice, de sacrifice et de revanche... Vous pourriez tuer pour votre propre privilère aujourd'hui. Le pire, c'est que vous pensez être dans votre bon droit.....Ha l'orgueil...le pire des vices.

Que faites-vous de la notion de famille? Qu'Est-ce qu'une mère et une maman pour vous?
Je vois chez vous une génitrice avec un portefeuille, qui donne et reprend quand cela lui chante. Qui joue et qui se détourne de ses jouets quand elle en a assez de faire joujoux.
Vous vous détournez, c'est plus simple de laisser les plaies ouvertes de vos enfants qui demandent une maman.
Vous vous déculpabilisez en pensant que vous êtes parfaite, sans aucun reproche à recevoir. Mais qui êtes-vous pour être si inhumaine, au dessus de tout et de tout le monde?
Dieu, c'est terrible de voir à quel point la vie vous a rendu amère, en acier: froide et sans coeur. Un portefeuille à la place du coeur, incapable d'aimer et de donner de vous, incapable de s'adonner aux joies simples de la vie en communauté.
Je souhaite que la vie vous rendre plus tendre et capable d'empathie envers vos propres enfants.
Quelle malheureuse femme vous faites.
9
Merci
Bonsoir,
Je découvre des récits qui sont si semblables au mien que les larmes me viennent aux yeux déjà très déssechés depuis 5 ans. Oui 5 ans que mes enfants m'ont tourné le dos, me traitant de folle, méchante, parano, et j'en passe, alors que nous nous entendions si bien. Ils ont autour de la trentaine, et j'ai un petit-fils dont je n'ai connu la joie de le garder parfois que pendant les 4 premières années. Nous étions si heureux ! Peut-être suis-je une nouvelle fois grand-mère ? N'ont-ils donc pas de coeur de m'exclure ainsi de leur vie ? Et ce n'est pas pour une influence si ce n'est celle de mon ex-mari, puisqu'à l'époque il n'y avait pas de compagnon dans leur vie.

Et voilà, que me reprochent-ils au juste ? d'avoir quitté leur père parce qu'il était odieux avec moi pendant si longtemps, et ils le savaient bien, alors que j'ai attendu que mes enfants soient indépendants dans la vie pour le quitter ?

Bref, j'en rajoute pas, puisque tout est déjà dit plus haut dans les autres témoignages. Ce qui me reste, c'est de l'incompréhension devant tant de sécheresse de coeur envers une mère qui s'est tant donnée pour ses enfants.

Je me suis reconstruite et là c'est le motif de ce petit mot : oui on peut surmonter ce coup dur, oui on peut retrouver la joie de vivre ! On peut s'adonner à ce qu'on aime vraiment, on peut se faire du bien avec plus de temps que si on avait une famille autour, on peut se faire de nouveaux amis, car bien sûr, certains se sont éloignés, choqués par cette situation.
Mais ce qui est sûr, c'est ma conscience de ne jamais avoir agi mal envers mes enfants. Cela me permet de supporter ces années, mais le plus dur reste leur silence à Noël, à Pâques etc...
Malgré tout, je ne leur fermerai pas la porte le jour où, car l'amour maternel est plus fort que tout.

Bien à vous !
une maman qui se reconstruit
abandon92
Messages postés
1
Date d'inscription
mardi 24 décembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
24 décembre 2013
-
merci pour vos témoignages. comme vous j'ai vécu l'abandon de mes enfants et je ne peux le "digérer" ... je me reconstruis en continuant ma vie et en développant d'autres choses. je me dis même que mes enfants pourraient être fiers de moi... mais en fait, je suis tellement triste !! ma vie n'a plus de sens... Noel approche , je vais le fêter avec de la famille et des amis mais c'est du cinéma, ce n'est pas un vrai noel et mes enfants me manquent tellement...
je vous souhaitent de passer noel du mieux que vous pourrez, je pense à vous tous !!!
Oufff, cela me soulage de voir qu'il y a des gens dans cette même situation. Malheureusement la mienne diffère un peu, mes enfants son en bas-âges et c'est mon deuxième qui a seulement que 12 ans qui ne veut plus venir me voir. Il préfère rester chez son père car je l'ai disputé un peu fort suite à un incident qu'ils ont fait à la maison et car je n'avais pas complètement arrêter de fumer tel qu'il me l'avait demandé, mais j'avais beaucoup diminué et je le faisais jamais en leur présence, mais je suis quand même la méchante à ses yeux et j'ai un gros problème, puis je ne changerai jamais selon ses dires. Par conséquent, il a refusé de passé Noel et Jour de l'an avec moi, malgré qu'il aurait dû y être selon le jugement de garde partagée, mais puisque qu'il a 12 ans bien il a le droit de décider et son père c'est fait un plaisir de lui sortir un document sur ses droits ... Il me renie et ne veut plus venir habiter chez moi, il dit qu'il est bien chez son père et que sa soeur n'ose pas me le dire, mais que elle aussi est mieux chez son père. Normal, lui il est plus à l'aise financièrement et ils se sont reconstruit une nouvelle belle petite vie familial avec sa nouvelle conjointe, se que je me suis fait reprocher de ne pas avoir de mon côté, mais pourtant leur père n'a jamais été fidel avec aucune de ses rencontres comme avec moi lors de notre relation, mais c'est quand même moi qui passe pour la méchante. Je me sens impuissante, dévasté, je vis un grand désespoir, je n'arrive pas à comprendre car j'ai toujours été très proche de mes enfants auparavant, ils me disaient si souvent que j'étais une mère merveilleuse et du jour au lendemain je ne suis plus rien à leurs yeux et me fait dénigrer. Plusieurs me dise que c'est à cause de mon ex-mari et sa nouvelle conjointe, qu'un enfant si jeune ne peut pas être fâché si longtemps à moins qu'il soit un peu pousser dans sa colère par une autre personne... c'est ce que je pense aussi puisque j'avais refusé les avances de mon ex en lui disant que c'était un manque de respect envers sa conjointe présente. Selon moi il se venge de mon refus et j'en paie cher le prix. Si mon enfant ne revient pas, la pension diminuera et je risque de devoir vendre ma maison car je ne serai plus en mesure de la payer. Donc, en plus du manque de ne pas voir mon enfant, je risque de tout perdre ce que j'ai si durement acquis depuis mon divorce, car j'avais tout laissé à mon ex à mon départ et surtout la honte que les autres se demande si je suis finalement une bonne mère, que peut-être mon enfant à raison et que je suis horrible (voir un monstre), les questionnements que tout ça apporte et les remises en question de qui je suis, le rabaissement de moi-même, de me sentir une ''merde'', etc. C'est une des pires situations qu'un parent puisse vivre dans sa vie ce genre de rejet par son propre enfant dont vous étiez pourtant si proche il y a encore si peu de temps. Il est parfois très difficile d'essayer de garder la tête haute et de ne pas s'effondrer avec cette douleur qui nous accable chaque jour qui passe et cette brulure qu'on ressent à l'intérieur de soi sans arrêt.
Bonjour à tous , je vois comme beaucoup que je ne suis la seule non plus à qui cela arrive...
en lisant vos temoignages je ne peux m'empécher de pleurer tellement ça raconte mon histoire et tellement j'en souffre également.
Ma fille me raniée , elle m'a jetée comme une moins que rien...un week end qu'elle devait etre chez son père (car je suis divorcée,mes filles vont là bas un week end sur deux et la moitié des vacances) ,donc un week end qu'elle allait là bas ,elle a pris une grosse partie de ses affaires et elle n'est jamais revenue. pas d'expications , elle ne parle plus , ne m'envoie pas de message, ne me téléphone pas , absolument rien...elle ne veut plus me voir....j'arrive pas à comprendre pourquoi elle a fait ça. Qu'est ce que j'ai fait de mal ? serait-ce juste parce que ,pour une fois, je l'ai engueulée du fait que le mercredi d'avant son depart, elle n'est pas rentrée à l'heure que je lui avais demandée alors que je l'avais laissée passer la journée avec ces copines en ville....ce n'était pas la première fois donc c'est vrai que cette fois ci j'ai ralé....
du coup son père , super ravie , ne fais que jubiler comme une vengeance personnelle, et n'arrête pas de me casser les pieds pour tout un tas de truc....
je sais pas quoi faire ,ou en fait si ,j'ai bien des idées mais on me dirait que ce serait faire preuve de lacheté....et la seule chose qui me retiens c'est que je ne peux pas non plus laisser ma dernière fille ....
je suis tellement mal , tous les jours je pleure en essayant de me cacher , et il n'y a personne pour m'aider même mon ami ne sais plus quoi faire pour moi....
j'ai fait tout ce que j'ai pu pour lui donner le plus de ce qu'elle voulait....pendant 17 ans je me suis occupée d'elle toute seule , et pourquoi ???.....j'attendais pas forcément quelquechose mais surtout pas qu'elle me jette comme ça , comme si je n'avais jamais existé.
je n'ai plus de courage , je n'ai plus la force nécessaire pour encore encaisser tout ça....
la douleur est si forte.....
Votre douleur est palpable. Quand vous vous racontez, c'est aussi mon histoire que je revis. J'ai tant de peine en vous lisant. Cela est si injuste et révoltant.
Vous savez, j'ai maintenant le sentiment que j'ai complètement "perdu" trois années de ma vie à pleurer mes fils qui m'ont tourné le dos parce qu'ils n'étaient pas d'accord avec une décision que j'ai prise. J'ai eu mal, si mal. Je m'en suis voulu terriblement et un jour, on aurait dit qu'une lumière s'est allumée et j'ai vu... j'ai vu mes torts, toutes mes colères, toutes mes erreurs, toutes mes fautes et j'ai vu aussi que j'étais humaine, que j'avais été attentive à eux, disponible, câline et pleine d'amour et qu'eux avaient fait aussi des erreurs me concernant mais moi, je ne les avais pas reniés pour ça.
Pour eux, c'était la solution facile, ne pas s'expliquer. Ils ne comprendront peut-être jamais le mal qu'ils m'ont fait, mais moi un jour je l'ai compris et j'ai décidé... oui j'ai décidé de regarder comment ils ont agi et peu à peu ma souffrance s'est atténuée. Car, le plus difficile a été pour moi d'admettre que mes fils agissaient mal. Je le voyais, je pouvais le dire, mais c'est sur moi que je rejetais toutes les fautes. Et de mon côté aussi, il y a aussi eu beaucoup de gens pour s'allier à eux parce que ça faisait leur affaire et j'ai été bien seule, bien seule sur mon île.
Je ne sais, chère Fabie, si ce mot vous aidera mais de tout mon coeur je le souhaite car votre tristesse est si grande que vous pensez la mériter. Reconnaissez enfin que vous avez été une maman toute humaine qui n'est pas pour autant la seule à blâmer.
Commencez à regarder les erreurs de votre fille, pas pour la blâmer, mais pour comprendre qu'une seule personne ne peut avoir tous les torts, elle en a aussi et elle n'en prend pas la responsabilité.
Recommencez à vous offrir des plaisirs et à fermer votre coeur aux mesquineries de ceux qui la soutiennent car ils font fausse route et profitent de la situation.
C'est dur au début je sais, intolérable, mais on y arrive et finalement on dit : Dieu ce que ça fait du bien de ne pas porter sur mes épaules toutes les erreurs de l'humanité.
Maintenant, je ne souffre plus, je ne déteste pas mes fils même si je regrette qu'ils soient si lâches cependant. Je ne les attends plus et peut-être pour cette raison voudront-ils revenir, alors je serai assez forte si c'est le cas pour les accueillir encore sans n'être plus désormais affectée par leur manque de jugement.
Courage, vous y arriverez. Courage et bonne chance.
8
Merci
Ma fille refuse de me voir depuis 2 ans (je suis séparé depuis 4 ans) car je suis en couple avec une femme qui a 6 ans de plus qu'elle, elle me traite de pédophile.

Ma fille est toute ma vie, je n'en dors plus la nuit, je n'arrive pas à m'épanouir dans la vie depuis 2 ans. Je lui écrit mais elle refuse tout contact avec moi.

Ma compagne a 22 ans et moi 46.
Cher Papa,
Je comprends votre peine immense. Il a dû être difficile pour vous d'écrire ceci et je veux vous dire que votre fille n'a pas à choisir pour vous qui sera votre compagne. Pourquoi le permettriez-vous? Si elle ne l'accepte pas, c'est elle-même qu'elle prive de faire contact avec une autre personne qu'elle trouverait peut-être géniale si elle s'en donnait la peine.
Elle agit comme une "petite fille gâtée". Ça ne vous console peut-être pas mais sachez que je comprends la peine que vous avez et que ce n'est pas de votre faute.
À la longue, elle comprendra peut-être qu'elle fait fausse route et reviendra-t-elle. Je vous le souhaite.
7
Merci
moi je n'y arrive pas.. mon fils ainé à 17 ans il a décidé de vivre chez son père depuis notre séparation (4ans), on avait une garde alternée mais il ne l'a jamais respecté.. mon ex m'a quitté pour une femme extrêmement néfaste, jalouse et d'une méchanceté inconcevable, elle a mis tout mon entourage dans sa poche, ils m'ont trainé devant le juge pour reprendre la garde de mon fils, mon fils m'envoie des sms juste pour savoir si je peux lui offrir un ipad pour noel, il me critique à mort avec son père, je vois mon fils une fois tous les deux mois, je ne fais jamais d'allusion à rien, je sais qu'il fait un rapport à son père dès la fin de notre entrevue.. je vous jure que j'ai tjrs été une bonne maman.. mon deuxième fils respecte la garde alternée, il n'aime plus aller chez son père mais il se sacrifie de peur de lui faire de la peine... j'en ai assez de me taire pour ne pas envenimer les choses, j'ai en assez que mon ex et elle gagnent sur tous les plans.. y a vraiment que la méchanceté qui paie.. ils m'ont agressé par 2 fois j'ai déposé des mains courantes je m'en suis servie devant le juge mais ça n'a pas eu d'impact.. je veux qu'ils me laissent tranquille et qu'ils arrêtent de se servir de mes enfants contre moi.. est-ce trop demandé ?
-
Et bien c.est plus souvent le cas pour les hommes. Nombreuses femmes font du chantage affectif étant celle qui a porté l'enfant".
Au depart, nous étions en garde alternée puis elle s.est plaint que sa fille ne passait que la moitié de l.annee avec elle. J.ai cédé pensant que c était peut être vrai. Quelques semaines plus tard elle m.annoncait une grossesse : pas d.allocs si on n'en a qu'un à charge.... Depuis ma fille a pris 20kg anormalement, elle a des difficultés scolaire, mais tout est de ma faute!!! Et le juge...aaaaah le juge.. Il vous regarde droit dans les yeux en vous disant que la mère aura toujours raison sauf si elle se drogue, et encore.....
Depuis ma fille est peu à peu remontée contre moi, et mon amie pour laquelle nous faisons tout lorsqu elle est avec nous.. À tel point que lorsqu elle part, elle nous dit qu elle aimerait de nouveau la garde alternée mais que maman ne veut pas en lui disant que c est l abandon d'une mère si elle venait à le demander ... Bref, autant dire que le couteau affectif sous la gorge de l.enfant est à peine une métaphore ... Je ne sais pas comment me sortir ni juridiquement ni humainement de cette situation, alors même que je pense être un bon père, et mon amie une belle mère aimante, sans même parler de mes beaux parents qui ont tjs accueilli cette jeune fille de 11 ans chez eux comme leur propre petite fille.. Maintenant 12 ans passés elle n.a pas souhaité venir en vacances avec nous. Le pardon sera long et dur pour moi, me sentant humilié détruit par ce petit bout de bonne femme que je veillais à l'hôpital à la naissance suite à une terrible infection.

Je suis en colère et triste, si triste. Peut être certains d'entre vous se reconnaîtront dans cette lecture, et a ceux la j'adresse toute ma compassion et mon soutien.
Bonjour,
demander une enquête sociale à l'Aide sociale à l'enfance de votre département, ce qui pourrait aboutir à l'intervention d'un éducateur afin qu'il vous soutienne pour retrouver une place dans votre role parental
4
Merci
En lisant vos commentaires en dirait que tout allait super bien que tout le monde s'entendais ect.. mais si c'était vraiment le cas pourquoi serait ils tous partit alors ? Il y a forcément une raison, il n'y a rien sans rien, je pense que vous devriez vous remettre un peu en question aussi

. J'ai connu une fille qui a du quitter sa propre famille pour pouvoir vivre avec son copain pourquoi ? parce que sa mère voulais tout contrôler pour sont sois disant amour envers sa fille, elle lui empêchais de téléphoner à son copain. Voulais la forcer à faire des études dont elle ne voulait pas ect.. et encore pleins d'autre choses... du coup elle est partit sans plus recontacter ses parents a se moment là elle avait 17 ans et allais sur ses 18 ans.
Après chaque cas est différent, mais au départ s'ils sont tous partit c'est surement parce qu'il y avait un problème de communication entre vous. Vous devriez vous posez certaines questions et essayer d'y répondre, sa vous aiderais peut être à trouver la raison et qui sait peut être vous aidez a retrouver un lien avec eux.

Déjà, est-ce que j'étais vraiment à l'écoute quand il ou elle me disais quelque chose ?
Est ce que je ne l'ai pas trop privé de certaines choses ?
Est ce que je l'ai laissez vivre la vie qu'il ou elle voulais vivre ?
Est ce que j'ai eu des moments privilégier avec eux ? ( des sorties ou autres )
Est ce que je lui ai parler correctement, sans m'énerver souvent ?

Enfin voilà posez vous des questions comme ça et essayer de chercher le pourquoi du comment. Une fois la réponse trouver vous pourrez essayer de chercher une solution, s'il y en a une. Mais sachez qu'il faut pas perdre espoir non plus, la fille que je connais à fini par pardonner a ses parents alors, que franchement il méritais pas, mais elle a su leurs pardonner quand ils se sont excuser et qu'ils se sont rendu compte de ce qu'ils avaient fait ect... Maintenant elle a retrouver un lien avec eux, donc courage ne baissez pas les bras un jour sa s'arrangera peut être. mais faite cette petite remise en question avant toute chose.
Les enfants sont si ingrats , il faut penser soit avant et ne pas tout leurs donner.je subis le rejet de mon garçon de 34 ans depuis qu'il est devenu papa .depuis hier je suis grand-mere a nouveau d' un petit mael ,mais je souffre de l'indifférence.envoi de sms pour m'annoncer la naissance .heureusement que j' ai deux autres enfants, ma fille ne comprend pas le raisonnement de son frère et sait que je souffre dans mon coeur de maman. Pourtant c'était un enfant gentil.que de larmes de souffrance , je ne comprends pas pourquoi tant de haine.je vois que je ne suis pas la seule dans ce cas et ça me rassure car je pense avoir été une bonne maman.j'ai tant d'amour pour mes enfants , mais la vie a décidé de me faire souffrir.trop difficile de lire les messages sans verser des larmes.
Alisia.luna
Messages postés
5
Date d'inscription
mercredi 22 octobre 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
23 octobre 2014
-
Comme je comprends votre souffrance, j ai 54 ans et ne vois plus ma fille de 28 ans et ma petite fille, sa maman m a rejete lors de sa grossesse, je n ai pas eu d explication, sinon le fait qu elle ne voulait pas me voir a la maternite. J ai respecte sa decision tout en souffrant en silence. Puis j ai attendu qu elle soit enfin prete a me recevoir. J ai attendu 3 mois avant de voir ma petite fille, j etais si troublais en decouvrant ses petites mains que les larmes coulaient sur mes joues mais au moment ou je me suis approchee du bebe qui etait endormi dans les bras de sa mere, ma fille a recule brusquement, la j ai compris que quelque chose c etait casse entre nous.. Aussi, j ai fait preuve de patiente envers elle et me suis faite discrete, si discrete que j ai fini par disparaitre de sa vie.....................Aujourd hui, je fais un travail sur moi pour mieux comprendre sa souffrance car visiblement je n ai pas su lui donner l attention qu elle meritait, sa soeur ainee etant toujours au devant de la scene, j ai du rate des moments de sa vie. En tout cas, n abandonnez pas l espoir que votre fils vous revienne, laissez du temps au temps, transformez votre souffrance en amour.
N abandonnez jamais l espoir !
Alisiza bonsoir,Merci de vôtre commentaire si rapide qui me va droit au coeur, je compatis aussi a vôtre douleur.j'ai passé une très mauvaise nuit tellement j'ai pleuré a essayer de comprendre ce que j'ai raté avec mon fils et seul un somnifère m'emporté jusqu'au matin .Mon 1er mari m'a abandonné avec mes 3 enfants sans ressources quand ils avaient 6,10 et 11 ans, il a disparu de nos vies a jamais et est parti sur son iles sans se soucier de nous.la vie est ainsi. Je pense que mon grand a souffert en silence et le fait d'être papa a changé complètement mon fils ,déjà sa petite fille Sarah de 5 ans je la connait très peu ,vue 4 fois.les problèmes ont débuté a la 1ère grossesse de ma belle fille.j' ai l'impression de n'avoir été qu'un ventre pour lui ,c'était un enfant fusionnel pourtant. Pour moi les problèmes psychologiques de ma belle fille qui a eu un parcours pas facile famille d'accueil a 18 mois, se sont répercutés sur mon fils pour qu'il soit ainsi maintenant .Mes 3 enfants ont bien réussi dans leur vie , bonne situation pour eux, c'est pour cela que ne pense pas avoir été une mauvaise mère.Je ne reconnaît plus du tout mon fis. Aujourd'hui malgré que mon petit fils mael est né dimanche et que je ne l'ai jamais vu, j'ai pris la décision pour ne plus souffrir de baisser les bras et penser a me protéger car je fais souffrir mon mari et mes 2 autres enfants et les enfants de ma fille qui est sage femme et comprend ma douleur de maman ,elle qui tous les jours fais des accouchements voudraient avoir une maman et nanou qui ne pleure plus , je vais a présent penser a eux a maelys et nathan que j'aime de tout mon coeur et mettre ma souffrance de côté pour être mieux. Je ne donnerai plus signe de vie a mon fils et ne répondrais pas a ses messages ni coup de fil et là il va savoir que l' indifférence ça fait mal.je pense que je vais allez beaucoup mieux, lâcher prise est la meilleure de solution je crois qu'il m'a fallu du temps pour prendre cette décision , le ras le bol a fini par me donner la raison.je commence déjà a me sentir mieux dans ma tête .merci encore et bon courage a vous .Cordialement.
Je suis estomaquée de voir le nombre de personnes dans le même cas que moi. Je me dis que notre pire crime, c'est d'être parent et de payer pour le mal être d'enfants qui ne sont pas capables de se regarder en face et préfèrent accuser les autres. C'est bien plus facile, et ça fait moins peur...
Ceux qui n'ont jamais rien faits pour leurs enfants seront toujours mieux considérés.on ne choisit pas sa famille. Mais un jour leur tour viendra ou ils deviendront eux même parents et là ils se rappelleront du mal qu'ils ont fait à leur mère , dommage trop tard, que de gâchis et de larmes.