Devenir mère et perdre la sienne...

chupylou Messages postés 10 Date d'inscription samedi 29 juin 2013 Statut Membre Dernière intervention 5 juillet 2013 - Modifié par Audrey_rédacJDF le 9/07/2013 à 16:45
 Magda 1974 - 15 juil. 2013 à 20:16
Bonjour à toutes les mamans ou futures mamans qui vont me lire.
Je me suis inscrite sur ce forum simplement pour pouvoir répondre à un sujet au départ, et finalement j'ai moi aussi quelque chose à vous demander.
En février 2009 je découvre suite à une analyse de sang que je suis enceinte, j'étais la plus heureuse du monde. Tellement excitée à l'idée d'être mère, tellement émue. Je m'attendais à vivre quelque chose de merveilleux, à profiter de chaque instant de ma grossesse, partager mon bonheur avec les miens, comme toutes les grossesses rêvées et imaginées. Malheureusement il n'en sera rien de tout ça. A l'epoque mon ami et moi avons 20 (lui) et 19 ans, il est cuisinier dans un restaurant gastronomique a deux pas de notre logement, nous vivons dans un studio de 20 m². Les conditions de logement ne nous permettent pas d'accueillir un enfant, notre première bataille sera donc de trouver un appartement plus grand, adapté aux besoins de toute la famille. En parlant de famille, j'aimerais voir la mienne plus souvent. Mon ami est au travail presque tous les jours toute la journée, et je suis coincée sans permi de conduire à plus de 60 kilometres de ma famille. Je passe mes journées et mes soirées seules enfermées dans ce tout petit appartement. Je n'ai personne pour partager quoi que ce soit, personne avec qui vivre un minimum cette grossesse et ça commence à me rendre triste. Mauvais coup du sort, le restaurant ou travaille mon homme ferme deux mois et demi en été... Plus de boulot ! Le chomage ne sera versé que trois mois plus tard.. Trois mois pendant lesquels nous nous serons endettés de loyers, factures, chèques impayés... Pendant trois moi ça a été la croix et la banière pour pouvoir ne serait ce que faire un repas complet par jour. En plus de ça la grossesse me rendait atrocement malade, et je devais souvent aller à l'hopital, prises de tellement de nausées que je ne pouvais meme plus boire ou manger. On décèle alors un retard de croissance chez le bébé. A sept mois de grossesse nous ne nous avions toujours pas accordé de logement décent pour l'arrivée du bébé qui etait pour nous de plus en plus stressante à imaginer dans l'endroit ou nous vivions. Nous n'avions personne pour nous aider, car autant pour lui que pour moi la famille etait bien trop loin. Dépourvus d'energie et surtout déséspérés, nous continuons de nous battre pour trouver ce fichu logement qui nous sera finalement attribué quelques semaines plus tard. Enfin le bonheur ! Quel soulagement ! 80 m², deux chambres, un petit espace vert à la campagne, c'etait tout ce qu'on aurait pu rever. Pris de panique et surtout prit de court par le temps, nous n'hesitons pas une seconde et acceptons le logement.
Dernière visite avant l'accouchement... Le bébé est trop petit et ne se développe plus, il faut provoquer l'accouchement. On me parle d'un accouchement naturel, aucune radio du bassin ne sera faite. On me laisse trois heures sur la table de travail pour s'appercevoir enfin de compte que le passage ne se fait pas et qu'il faut d'urgence faire une cesarienne afin d'eviter des lesions au cerveau pour le bébé... J'etais en panique, je savais que mon bébé naissait avec un mois d'avance, qu'il ne faisait qu'1.9 kg et on me parlait maintenant de lésions possibles au cerveau ?!!! L'horreur ! Finalement tout se passera bien pour ma fille et pour moi. Elle ne restera que deux jours en néonatologie puis me rejoindra dans ma chambre. Je commencais à respirer, à souffler et à profiter un peu de mon bonheur ! Puis deux jours après l'accouchement je reçois la visite de ma maman et de mes soeurs, maman est malade mais on me dit que ça va ... Le soir meme, ma mere me téléphone à l'hopital pour m'expliquer qu'on vient de lui trouver un cancer de l'estomac ! Et là c'est le coup de massue. J'etais seule, départagée entre le bonheur que me procurait la naissance de ma fille, et la déchirure que provoquait cette nouvelle tombée si brusquement.
Tout ce que j'avais imaginé partager avec ma mere et ma fille s'envolait petit à petit.
Finalement mon bébé ne sera pas mon bonheur mais mon réconfort, je n'arrivais pas à etre heureuse, je puisais simplement ma force en ma fille, pour continuer d'avancer comme je le devais.
Ma fille grandit et passe beaucoup de temps en vacances chez sa mamie, je veux qu'elle en profite un maximum !!! elle part souvent, une semaine, deux semaines... C'est dur pour moi de la voir partir, mais ça fait tellement de bien à ma maman... Et je voulais que ma fille connaisse la mamie géniale qu'elle avait la chance d'avoir. Aujourd'hui je suis enceinte de six mois, et devinez quoi ? Deux jours après avoir apprit ma grossesse qui etait bien évidemment une immense joie pour moi, ma maman est décédée... Encore une fois chose à laquelle je ne m'attendais pas du tout. C'etait le mois de fevrier, on ne s'etait pas revu depuis le jour de noel... Quand je suis venue feter noel chez elle ce soir la, elle m'annoncait qu'elle n'avait plus de cancer et qu'elle etait soignée ! c'etait le plus beau cadeau que je pouvais avoir, j'etais la plus heureuse. Et un matin le 15 fevrier; deux jours après avoir apprit que j'etais enceinte, je recois un coup de téléphone au matin , me disant qu'il faut absolument que je me rende à l'hopital que ma maman est en train de partir... QUOI ??????? Mais ... Comment ?? je comprends pas, elle m'avait dit qu'elle n'etait plus malade .. Ce sera la nuit la plus longue de toute ma vie. Je suis arrivée à ses cotés le 15 fevrier 2013 à 11h et je suis restée jusque la fin, à la voir souffrir, à voir toute ma famille souffrir et à penser en meme temps au bébé que je portais en moi et dont je n'avais encore parlé à personne. Finalement maman nous quittera dans la nuit du 15 au 16 à 2h15. Aujourd'hui je ne me suis toujours pas remise de son départ, il faut savoir que mes freres et soeurs, ainsi que moi, n'avions que notre mere, et qu'on etait vraiment très très proches, c'etait plus que fusionnel. Ma fille me demande sans cesse ou est sa mamie, pourquoi elle ne peut plus lui faire de bisous, à chaque fois c'est une déchirure ! Je ne profite encore une fois pas de ma grossesse, je n'y arrive pas, je ne fais que penser à tout ces moments perdus avec ma maman, mes enfants et leur mamie. Elle me manque tellement, c'est avec elle que j'aurais voulu partager mes grossesses, lui raconter tout mes petits problemes, mes envies de femme enceinte.
Une amie m'avait dit qu'une naissance engendrait souvent la mort. Aujourd'hui je me pose la question... Pour mon premier enfant maman tombe malade, pour mon deuxième elle nous quitte... Avez vous déjà vécu ça ?? Comment avez vous fait pour surmonter votre peine ? Pour trouver un équilibre après cet ascenseur émotionnel ? Mon texte est long je sais mais ça fait un bien fou de parler, j'ai l'impression de me libérer un peu. J'espère que quelques unes auront le courage de me lire jusqu'au bout et pourront aussi m'apporter quelques conseils pour mieux battre ma douleur.
Merci du temps que vous aurez prit pour lire ce message ...
A voir également:

7 réponses

soraya80 Messages postés 14143 Date d'inscription samedi 4 juillet 2009 Statut Contributeur Dernière intervention 8 avril 2014 26
5 juil. 2013 à 16:21
Bonjour,


Il n' y a pas de meilleur moment pour avoir autant de chagrin que de joie.
Vous verrez qu'avec le temps, tout va se réguler entre les 2 émotions.
Vous penserez à votre mère avec plus de joie que de tristesse quand le temps sera venu.

Parlez à votre enfant d'elle, faites lui part de ce que vous ressentez.

Félicitation à vous et courage.
1