Je n'ai plus de contact avec ma mère

Messages postés
1
Date d'inscription
samedi 5 janvier 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
5 janvier 2019
-

 

Bonjour à vous tous.

Je viens pour la première fois sur ce forum, et en voyant les différentes  discussions, je me suis lancé pour vous écrire mon problème. Je suis aujourd'hui un homme de 39 ans et je suis marié avec ma femme depuis 15 ans. J'ai un enfant de 6 ans et je n'ai vraiment pas à me plaindre de ma vie familiale.

Le problème provient en fait de ma mère. Depuis mon enfance, je ressens un malaise, un mépris et un dédain à mon encontre. Je suis le cadet de la famille, j'ai un grand frère et une petite soeur. Mon père est mort quand j'ai eu l'age de 15 ans, et j'ai eu un beau père lorsque j'avais 9 ans. Mon père biologique a divorcé lorsque j'avais 5 ans, et je n'ai plus eu beaucoup de contact ensuite avec lui. Il venait nous récupérer des fois le weeckend pour nous laisser chez notre grand mère.

Lorsque je suis devenu ado, j'ai commencé à avoir un fort caractère et je voyais que je n'étais pas entendu par ma mère. Tout se que je pouvais faire n'était jamais bon, je faisais toujours les choses mals. Ma mère ne me regardait pas vraiment, elle était tout le temps bienveillante avec ma soeur. J'étais tellement peiné de cette attitude, et je m'énervais lorsque je voyais qu'elle se plaignait aussi de mon beau père, jusqu'à l'insulter de fainéant et de tous les noms. Mon beau père se laissait faire et ne disait rien, il avait abandonner le pauvre le combat.

Je ne supportais plus ces agissements, et je voulais alors défendre mon beau père. Malheureusement, ça tombait toujours en clash avec ma mère. Elle m'insultait alors de tous les noms et j'ai alors vu ses pensées réelles sur ma personne. Elle m'a prononcé une sinistre vérité. Celle que je n'aurai jamais du être un garçon mais une fille, et qu'elle a du de ma faute faire un troisième enfant.

Je n'ai jamais oublié ces paroles, elles font tellement mal. Pas la peine de vous dire que ma petite soeur était toute son attention. Elle désirait quelque chose, elle avait. C'est ainsi que j'ai vécu une injustice quotidienne. Allant de l'interdiction d'un simple aliment, d'une interdiction d'ordinateur, de sortie, mais aussi de mes ambitions. J'étais passionné d'histoire, de la vie médiévale, pour réponse j'avais le droit comme réflexions que j'étais qu'un rêveur, qu'un nul. Elle ne tentait pas de comprendre que je grandissais avec des passions.

Toutes ces années, j'ai donc grandi seul, à me construire avec des bouquins de chevalerie, je partais dans le jeu de rôle pour oublier toutes ces choses qui me démoralisait. Vous allez rire mais dans le jeu de role je pouvais être un chevalier, un assassin, je pouvais être quelqu'un d'autre.

J'ai ainsi développé ma passion du dessin, de la peinture, cette passion était ma drogue pour oublier. malgré tout ça, je  ne supportais plus ce logis familial, et j'ai tout fait pour partir rapidement. Je suis donc parti en internat, j'ai ensuite réussi un concours et à mes 20 ans je partais sur la région parisienne, 250 km loin de ma mère. Les années ont passés et j'ai continué à garder un contact avec ma famille. Mon frère a commencé à avoir un comportement bizzare et copiait mes façons d'agir. De peur, j'ai coupé les ponts avec lui, il devenait vraiment inquiétant. Il était instable et voulait juste profiter des gens. Depuis, je ne l'ai jamais revu ( ça fait 16 ans ).

 A mes 24 ans, mon beau père divorcait. Ayant de très bon contact avec lui, et une confiance total. Il m'a alors dit une triste vérité. Il m'avisait qu'il avait donné 5000 francs par moi à ma mère pour aider notre famille. Il s'avérait en fait que cet argent était mis pour payer la maison de ma mère. Lorsque le crédit a été fini, divorce. Mon père pas de fric, puisqu'il n'était pas sur le contrat de la maison. Heureusement, mon père a refait sa vie, et il est bien maintenant. Ma soeur a aussi grandi, je lui en voulais au début, mais j'ai compris ensuite qu'elle n'avait rien fait. AUjourd"hui j'ai un bon contact avec elle et je suis très content d'être le parrain de sa fille.

Pour revenir à ma mère, j'ai eu un premier clash où je ne lui ai pas parlé pendant deux années. En 2008,  avec la crise financière j'ai failli perdre ma maison et donc perdre en même temps ma femme. TOute la famille et belle famille m'ont aidés, sauf ma mère. Elle me disait que c'était de ma faute, que j'aurai pas du acheter trop grand. Des conseils qui me dévalorisaient, aucune aide morale en faite. Elle me détruisait, j'en avais  vraiment pas besoin, je mangeais des pates tous les jours, et pendant 9 mois j'ai vécu un calvaire.

Je payais juste mes crédits maisons, imaginez de passer d'un crédit de 1200 euros à 3000 euros,  et en plus paiement juste d'intéret. Sacré escroc de banquier ou 9 mois plus tard la banque a reconnu ces torts mais aucun remboursement. Une dépression et je n'ai plus parlé avec ma mère pendant deux années.

Ma soeur a réussi à me convaincre de reparler à ma mère, et elle a aussi réussi à faire entendre à ma mère ces erreurs. Je croyais qu'elle avait changé et qu'elle acceptait de reconnaitre certains torts.

Mariage, suivi d'un enfant, ma mère devient alors grand mère. J'ai donc tenté de recréer des liens avec mon fils, de lui montrer notre famille. Je  faisais alors des efforts pour l'amener tous les deux mois une semaine chez elle, je l'appelais  au moins une fois par semaine, je l'invitais à la maison. Puis ma soeur a eu aussi des enfants. De là j'ai vu un changement, ma mère venait dans la région parisienne pour voir sa fille. Elle venait dormir chez moi, en me disant qu'en même temps elle nous verrait. On la recevait donc avec plaisir. Elle est alors avec un nouveau compagnon. On l'accepte aussi.

Pendant ces sept années, j'ai tenté de tout faire pour recevoir des compliments de ma mère, de voir son regard pleine d'admiration. Elle avait besoin, je venais. Pour preuve, j'ai fait son déménagement avec mes amis. Aucune autre personne de la famille n'est venu à l'aide. Je m'inquiétais pour elle de ces problèmes de santé, ces problèmes avec son compagnon. J'écoutais et je lui donnais des conseils. EN échange, je lui parlais aussi des miens, elle m'écoutait mais lorsque j'en étais dans le besoin, pas d'aide. MOn beau père était par contre toujours là pour moi et faisait beaucoup plus que n'importe quel père l'aurait fait.

En juillet 2018, un fait s'est produit provoquant une colère en moi. LE compagnon de ma mère lancait de fausses déclarations entre moi et ma soeur. Provoquant un clash total entre nous et allant irrémédiablement vers la rupture. Le compagnon de ma soeur a alors organisé une rencontre ou on n'a pu communiqué. Cette conversation a été constructive et on n'avait compris que le compagnon de ma mère avait raconté des mensonges. J'ai donc pris contact avec ma mère pour l'aviser de ces faits, pour l'aviser du danger potentiel que provoque cette personne. je n'ai eu pour seul réponse qu'elle avait assez de problème, qu'elle ne voulait rien savoir et que je devais accepter ce qui venait de se passer.

Imaginer lorsque j'ai entendu de telle phrase, j'étais outré que ma mère se fiche que je puisse arrêter tout lien avec ma soeur. J'ai donc tranché et j'ai pris alors la décision que son compagnon n'avait plus le droit de venir à mon domicile, et qu'il n'avait plus aucun droit de contact avec mon fils. Ma mère a mal pris ma décision et pensait que j'allais vite revenir en arrière. En décembre 2018, elle a tentée de me faire changer d'avis, mais je n'ai pas laché prise. Elle me faisait alors des remarques, que je la décevais.

Elle ne supportait pas non plus de devenir seul à mon domicile. Pour tenter d'arranger la situation, je n'ai pas oublier de l'appeler la veille de noel. PUis le 27 décembre nouveau contact. Et là encore une remarque en me disant que je la décevais. J'ai alors tenté de lui faire remarquer qu'en disant de telle phrase que c'était dévalorisant et qu'elle devait réfléchir sur les mots qu'elle employait avant de parler. Elle s'est alors de suite mis en mode défense en me disant que je ne devais pas lui parler ainsi.

J'ai quand même continuer cette discussion avec calme. ELle s'est alors énérvée en disant que je devais accepter ces coutumes, que j'étais le plus jeune et que je devais faire ce qu'elle voulait. Je lui ai avisé que les coutumes des années 60 étaient terminées. Pour seul réponse, elle m'a raccroché en me disant qu'elle ne viendrait pas à l'anniversaire de mon fils. J'ai tenté de lui faire comprendre que cette décision punissait son petit fils, mais je n'ai eu comme réponse : Je suis une honte, je ne fais aucun effort, une déception.......

Le premier janvier, souhait des voeux de ma part. Je préférais pas tendre plus les tensions. Puis le 3 janvier je l'ai appelé suite à la réception du colis contenant les cadeaux de mon fils. Pas de mot juste des cadeaux. J'ai tenté de raisonner ma mère sur sa décision mais elle s'est de nouveau énervée en me menacant de plus belle. Impossible de communiquer, mais par contre des menaces du style, tu es décevant, ne viens plus et ne vient surtout pas à mon enterrement, tu es une déception et je préfère mes autres enfants. Toutes des phrases blessantes et méchantes. Enervé à la fin je l'ai insulté de conne.

Suivi de quelques SMS, sans aucune écoute de ma mère. Ah j'ai eu le droit que je l'avais insultée et que c'était une honte. Mais ces propos à elle,aucun reproche c'est normal. J'ai donc pris la décision ce jour là de ne plus avoir aucun contact ni aucun lien avec cette personne. C'est vraiment dure de prendre une telle décision. Mais depuis le mois de juillet j'ai ouvert les yeux. Elle faisait tout pour être toxique, elle est en fait attaché à son argent, attaché à ce qu'il n'y est jamais aucun souci  qui viennent entravé sa vie.

Elle me considère comme un simple individu,  en pensant qu'en offrant quelques cadeaux qu'elle serait aimé.  En fait Pas d'appel de sa part, venue à mon domicile car c'était le seul endroit où elle pouvait dormir, sans devoir faire trop de route pour rentrer chez elle. Pas de geste pas d'attention, juste du mépris. Mais où est l'amour d'une mère dans tous ça, y'en a pas. J'ai tenté d'avoir ce regard, mais en fait  je ne l'aurai jamais.

J'aurai pas du continué de suivre cette enfance, à tenter d'avoir un compliment. Mon amour est dans ma famille, dans mon fils. Je me sens libre maintenant de pouvoir peut être  tourner une page et commencer un nouveau roman avec les gens que j'aime. Je pense que l'amour ne peut pas être donné par tout le monde, mais que nous on peut le donner, faire en sorte de voir dans nos enfants le véritable amour.

Je ne sais pas ce que vous pensez de tout ça, mais tout avis me fera du bien à lire, d'entendre peut être même des personnes qui ont endurés le même chemin.

 

Merci en tout cas si vous avez tout lu mais écrire m'a fait du bien en tout cas, m'a montré encore plus que ma décision était la bonne.

Afficher la suite 

Votre réponse

6 réponses

Messages postés
15463
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
26 mai 2019
569
1
Merci
Bonjour
Une histoire de famille comme il en existe malheureusement, ou un enfant non désiré subit l'indifférence toute sa vie, ou l'amour qui est donner naturellement a l'enfant lui est retiré, et en grendissant, cet enfant a compris, on le lui a dit que tu ne seras qu'un boulet, que tu n'es qu'une erreur de la nature.
Tu es courageux. Tu as essayé malgré tout de pardonner, après tout une mère on en a qu'une, mais cette mère ne mérite pas que tu la supplies pour des erreurs qu'elle a elle même commises, pour devenir une famille.
Tu dis quelque chose de très très important pour conclure ton message.
"Je pense que l'amour ne peut pas être donné par tout le monde, mais que nous on peut le donner, faire en sorte de voir dans nos enfants le véritable amour".
Oui, tu as parfaitement raison, cela est une revanche sur la vie, pas sur ta mère, mais ne pas reproduire, donner de l'amour que tu n'as jamais eu, est une revanche extraordinaire sur la vie, dire et être convaincu que l'amour existe, ne coûte pas cher a donner, et procure un immense bonheur aussi a celui, celle qui le donne.
Ta famille sont ta femme est tes enfants car c'est toi qui les a voulu. Ta mère qui t'a conçue n'a jamais voulue de toi alors que tu n'as pas demandé a naitre. C'est elle qui ne te veut pas, pas toi. Oui, tournes la page, tu as une vraie famille qui te procure du bonheur, et tu as compris qu'il faut donner amour et joie a tes enfants pour ne pas faire subir ce que tu as subi et tourner la page du passé
Bonne chance.
Commenter la réponse de lekabilien
0
Merci

Bonjour,

Je vois à votre récit que vous avez fait un long et difficile chemin, mais que vous êtes arrivé aux meilleures conclusions: votre mère est toxique. Ne croyez pas qu'elle soit moins toxique pour votre soeur: en apparence elle n'a peut-être pas de remarques aussi blessantes que vous, mais soyez sûr qu'elle non plus n'est pas aimée pour elle-même. C'est votre mère qui est une déception complète, comme personne et surtout comme maman.

Une personne m'a dit un jour que "la santé mentale, c'est savoir s'éloigner de ceux qui nous font du mal". Vous n'avez pas d'autre possibilité que de mettre des règles très strictes si vous souhaitez malgré tout maintenir une relation avec votre mère: pas d'insultes ou de commentaires méprisants (pas de jugements de valeur) ou vous raccrochez/partez immédiatement, ou bien vous lui demanderez de quitter les lieux si elle est chez vous. Il vous faut défendre votre territoire sans entrer dans des discussions: vous êtes maintenant adulte, et elle n'a aucune emprise sur vous ou bien sur ce que vous êtes disposé à tolérer chez vous ou pour vous.

Et l'idéal est peut-être de maintenir cette distance saine avec elle. Chaque commentaire méprisant est comme une blessure émtionnelle. Supporteriez-vous qu'elle vous agresse physiquement sans vous protéger? C'est exactement pareil.

Je vous propose, pour vous reconstruire, de lire le livre de Tim Guénard, "Plus fort que la haine". Abandonné par sa mère sur la route, maltraité par son père, il est devenu "voleur de souvenirs". Quand il voyait un homme se comporter comme le père qu'il aurait voulu, il recueillait précieusement cette image pour la faire sienne, qui le nourrissait pour se construire et construire son identité de futur père. Je crois que vous avez le droit de faire de même: vous êtes (et l'enfant que vous étiez) digne d'amour et de protection, d'écoute et de compréhension. Prenez-le autour de vous, dans les exemples de gens qui ont eu plus de chance que vous à la "loterie familiale", en vous appuyant sur les sentiments que vous épouvez pour les gens qui comptent vraiment pour vous: votre fils, votre véritable famille, celle que vous avez choisie.

Courage! Vous êtes fantastique!!!

Commenter la réponse de Lili
0
Merci

vous avez créeé votre famille consacréz lui votre temps et votre amour et rendez à votre mère son indifférence il faut apprendre à avancer sans regarder en arrière. le bonheur est au jour le jour et la vie est courte 

 

Commenter la réponse de ANNETTELANIESSE
0
Merci

Bonjour Monsieur, oui oui oui vous avez mille fois raison de vous éloigner d'une mère pareille, elle est toxique et malveillante. Tournez la page pendant qu'il est encore temps et occupez-vous de votre femme (nous n'avons pas son point de vue, dans toute cette histoire) et de votre fils, c'est tout ce qui compte. Regardez devant vous et non en arrière, elle n'en vaut pas la peine....

Commenter la réponse de SSYL
Meilleure réponse
3
Merci

C'est bien compliqué ! Mais tout çà ne parait pas si grave, au fond... Du moment que vous avez mis les choses au point, et que vous êtes déterminé dans la conduite à suivre, il ne vous reste désormais plus qu'à appliquer vos choix ! Ignorer cette personne, si c'est ce que bon vous semble, est à mon avis le meilleur des mépris ?! Mais j'ai le sentiment que pour vous, tout n'est pas si simple : si vous avez besoin qu'on vous encourage en vous disant "oui, c'est bien... Vous avez raison, faites comme çà, etc..." c'est que vous n'êtes pas si "détaché" que çà de la relation qui vous lie à votre mère... Ne serait-il pas bénéfique pour vous de mettre tout à plat avec elle, votre soeur, votre frère etc... Et repartir sur de meilleures bases familiales ? Je pense que ce serait plus facile à gérer pour vous, moralement parlant...

A suivre, courage !     

Dire « Merci » 3

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Maman

Journal des femmes 4193 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Commenter la réponse de choco
0
Merci

Cher Monsieur, vous etes d'une bonte sans egal. Vous avez a plusieurs reprise montrer a votre mere respect et consieration màlgres ses paroles blessantes. Vous avez tout essayer donc s'en regret. Penser a vous preserver ainsi que votre fàmille. 

Commenter la réponse de Peace