Comment agir vis à vis de ma mère très âgée, qui vit seule... [Résolu]

-

Je suis fille unique, je vis à plus de 100 km de chez ma mère, qui est dans sa 95eme année. Elle a une aide ménagère 1 h/jour. Elle se plaint beaucoup, de sa santé, de sa solitude... et pourtant, elle refuse obstinément d'entrer en maison de retraite, ou de venir habiter près de chez moi (la cohabitation est inenvisageable). Devant ses récriminations, sa mauvaise humeur, je suis très désarmée, et souvent je ne sais pas comment me comporter. Aussi je vous demande des témoignages, des conseils.

Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

Meilleure réponse
4
Merci
cela dépend de vous, qu'êtes-vous prête à offrir ? comment vivez-vous le fait d'être loin d'elle maintenant qu'elle a 95 ans ? fille unique c'est lourd d'être seule à réfléchir, vous avez raison d'interroger des personnes qui se trouvent dans la même situation. dans une maison de retraite, elle se sentira seule également! si elle est encore autonome, c'est mieux qu'elle reste dans sa maison. cela dépend de ce qui la préoccupe le plus : la solitude, la vieillesse, vous savoir trop éloignée, ne pas vous voir tous les jours, toutes les semaines ? il existe des foyers logements ou des résidences pour personnes âgées dans des immeubles "communs" où elle peut avoir un service tout en restant à domicile, elle peut avoir plus de visites. peut-être y en a t' il près de chez vous. et vous comment ressentez-vous tout cela ?

Dire « Merci » 4

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Maman

Journal des femmes 4203 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

> Utilisateur anonyme -

moi aussi je suis à 110 km de ma mère de 88 ans,et quand le distributeur essence indique "paiement refusé" je ne PEUX PAS me déplacer, alors arrêtez de dire de qqn qui est loin qu 'il est "inexistant", vous ne savez pas comme c'est dur d'être rejetée "parce que tu n'es pas là" alors que je suis intérimaire,  grande précarité financière et que PERSONNE ne me vient en aide sauf moi.

> opale -

Opale, si vous ne pouvez pas vous déplacer, téléphonez-lui, parlez avec elle, même si vous n'êtes pas physiquement à ses côtés, votre voix lui fera du bien. Moi je suis à 800 km, et vous pensez bien que je ne peux pas prendre le train tous les jours ! Mais avec les forfaits tél. on peut prendre du temps pour écouter notre maman, la laisser s'exprimer, la laisser dire tout haut ce qu'elle pense tout bas, lui laisser sortir ses ressentiments, ses souffrances. Soyons des oreilles attentives et aimantes... Bon courage.

 

Eternel probleme ,on ne veut pas s'imposer,on ne veut pas les mettre en maison de retraite pour ne pas les déraciner ,et si on est plusieurs enfants pas toujours d'accord,on se fache . Que faire pour bien faire ?
accepterait elle et accepteriez vous qu'une dame de compagnie vienne la voire et peut être même jouer avec elle?

Je viens de lire votre préoccupation qui est la mienne en ce moment aussi. Vous écrivrez " Je suis fille unique, je vis à plus de 100 km de chez ma mère, qui est dans sa 95eme année. Elle a une aide ménagère 1 h/jour. Elle se plaint beaucoup, de sa santé, de sa solitude.. " - Moi je vis à 800 km, et j'ai quitté mon foyer depuis 3 mois pour venir l'assister, et m'occuper des papiers, maison, etc. suite à son AVC ischémique. Je l'ai mise en établissement de rééducation, mais cela aura une fin dans 2 mois. Alors que faire ? Malgré l'aide à domicile allouée par l'APA, 1 h par jour, cela ne suffira pas à l'entourer. Elle veut que je reste 24h/24 avec elle. Evidemment je comprends que cela la sécurise et comme nous nous aimons énormément, elle est rassurée et se sens aimée. Et je culpabilise déjà de devoir la laisser pour un temps, car j'ai aussi ma famille et mes activités. Mon mari accepte tout cela, et le fiston en études aussi. Mais moi je suis culpabilisée des deux côtés : ma famille que je laisse seule, et ma maman que je dois aussi laisser seule pour rejoindre ma famille. Je pleure et je prie. Je pense que le Seigneur va nous donner des solutions. Patience. Et vous aussi, tenez bon. Si vous pensez faire le maximum de vos forces, de votre temps, sans tomber dans la déprime, alors ne culpabilisez pas. Notre force réside dans notre foi à continuer d'avancer, malgré les plaintes et les pleurs... Love.

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
1
Merci

La relation  dépend aussi  du vécu ,  de l'entente...

Chacun(e) ne vit pas sa villiesse et celle de ses proches de la même manière.

Là est toute là question... !!

Commenter la réponse de ANONIMOUSSE