Signaler

Pourquoi tourner le dos à ses parents sans explication ?

Posez votre question TIN6 67Messages postés samedi 2 juillet 2016Date d'inscription 14 août 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 31 mars 2017 à 00:36 par TIN6

Bonjour,

 

Cette question s'adresse aux enfants qui ont tourné le dos à leurs parents. J'ai lu sur ce site des réponses d'enfants qui ont essayé de dialoguer dans un premier temps avec leurs parents pour leur formuler leurs griefs, et tenter de se réconcilier, ce qui est tout à leur honneur. Mais je n'ai lu aucun témoignage d'enfants qui ont tourné le dos à leurs parents sans fournir d'explications.

J'aimerais avoir le témoignage d'enfants dans ce cas, pour savoir ce qui les motive. Pourquoi ne rien dire ?

 

Merci.

Afficher la suite 
Utile
+0
plus moins

 

Bonjour,

Je suis touchée par ce genre de situation que je découvre autour de moi et sur les forums, un véritable fait de société que je tente de décortiquer depuis plusieurs mois en lisant les ouvrages de sociologues, philosophes, psychologues, etc.

Un ensemble de causes est à relever : individualisme, rivalité, compétition, stress, peur du lendemain, insécurité générale en France, souhait de se débarrasser des vieux schémas et donc des vieux tout court, divorce des parents, aliénation mentale par un proche, père, mère ou ami(e) ou fiancé(e) ou époux(se). Comme l'idée de régler ses comptes avec la société car les jeunes ont le sentiment que les anciens, leurs parents en font partie, ne leur laissent pas une belle situation économique, environnementale, etc, mais quelque chose de dégradé. Ils ont peut-être comme un dégoût qu'ils ne savent pas à qui adresser et ce sont les parents ou l'un des deux qui deviennent le bouc émissaire de leur mal-être.

Ces questions m'interpellent c'est la raison pour laquelle je souhaite m'impliquer dans les écoles en tant que grand-mère, pour faire passer un certain nombre de messages, pour que ces enfants gardent en tête que s'ils aiment leurs parents aujourd'hui ils les aimeront plus tard. Il faut qu'ils apprennent aujourd'hui à se renforcer pour qu'ils restent dans cette ligne de conduite d'amour envers leurs parents quoi qu'il arrive, qu'ils ne se laissent jamais influencer par des paroles qui disqualifieraient l'un des deux, qu'ils apprennent à déjouer les tentatives d'aliénation mentale qui pourraient surgir lors d'un divorce.

 

Je voudrai faire entrer à l'école les notions de communication non violente et celles du renforcement de l'estime de soi, par la présence de grands-parents auprès des enseignants sur des temps prévus pour l'amélioration du climat scolaire. Ceci afin de faire reculer la violence dans la société en général et bien sûr également au sein de nos familles.

Ma conclusion se trouve dans ma signature ci-dessous. 
--
Je souhaite participer en tant que grand-mère à un meilleur climat scolaire en lien avec le personnel enseignant, les associations et les familles, par des actions tout au long de l'année (pédagogie, jeux, théâtre, lectures, etc).

Qui est intéressé(e) par mon projet ?

 

TIN6 67Messages postés samedi 2 juillet 2016Date d'inscription 14 août 2017 Dernière intervention - 23 oct. 2016 à 17:39

Merci beaucoup d'avoir répondu à ma question, tout ce que vous dites est touchant.

Il faut avoir foi en l'être humain, il y a du bon dans chacun de nous.

Ce que vous voulez faire est génial. Pour pouvoir le mettre en place il faut une sacrée organisation et surtout des moyens humains.

Expliquez-nous, comment vous voulez vous y prendre ?

 

 

 

Répondre
océane- 30 mars 2017 à 11:27

Bonjour,

Je n'ai pas tourné le dos à mes parents, mais j'ai des relations compliquées avec eux.

Ils m'ont toujours apporté une sécurité matérielle, mais je ne me suis jamais vraiment sentie comprise. Peu de compliments, très souvent reproches ou vision négative d'évènements qui ne l'étaient pas forcément, très grande peur du regard et de l'avis des autres, de la famille... pourtant j'étais curieuse et enthousiaste (peut être trop?).

Du coup nous avons développé une relation peu confiante et j'ai appris à ne rien dire pour me préserver.

Ceci est bien évidemment mon analyse d'adulte, je n'en avais pas conscience enfant.

Je suis toujours très à vif de mes sentiments et n'arrive pas à instaurer un dialogue serein pour leur expliquer tout cela. De plus j'ai peur de leurs retours négatifs et suis plus dans l'attente d'un premier pas de leur part. Je crains en effet que si je commence par reconnaître mes torts ils se confortent dans leur fonctionnement et qu'on en reste là.

Nous nous voyons régulièrement parce que je pense que les liens familiaux sont importants à maintenir mais, pour ma part, je trouve nos rencontres un peu artificielles et ai plus le sentiment d'une obligation qu'un réel élan affectif.

J'ai souvent pensé à rompre complètement les ponts pour sortir de cet engrenage. Je me suis souvent demandée si cela n'était pas la solution pour arriver à avancer : une rupture franche (et donc non expliquée) pour prendre le temps de se retrouver avec soi-même, réfléchir, laisser retomber les tensions, et ensuite, peut-être, repartir sur des bases neuves.

Parce que dans le cadre du cercle familial chacun a une place qui s'est ancrée pendant des années, et pour ma part j'ai l'impression qu'on rejoue toujours les mêmes rôles dans lesquels on s'est englués.

Je ne l'ai pas fait mais me dit que peut-être c'est une sorte de raisonnement qui a pu arriver à certains des enfants ayant tourné le dos à leurs parents sans explications. Peut-être pas pour les mêmes raisons mais dans la même logique de démarche (rupture franche pour se retrouver face à soi-même et se débarasser d'un rôle qui ne nous épanouit pas).

En espérant que mon témoignage vous soit utile.

 

 

Répondre
TIN6 67Messages postés samedi 2 juillet 2016Date d'inscription 14 août 2017 Dernière intervention - 31 mars 2017 à 00:36

Merci pour votre réponse.

Je vais vous poser une question très simple : avez-vous dit un jour à vos parents, surtout à votre maman "je t'aime" ?

Peut-être la raison et la solution à tous vos problèmes est-il là, à travers ce mot.

Vous parlez de sécurité matérielle et pas d'amour. Tout le monde ne sait pas dire "je t'aime", ni le montrer. Vous savez si vous tournez le dos à vos parents, c'est comme si vous leur arrachiez une partie de leurs entrailles. L'enfant est le prolongement de ses parents. Les parents ne sont ni des amis, ni des ennemis, mais autre chose d'inclassable et si essentiel. Sans nos parents, nous ne serions pas là.

Je sens que vous souffrez, vous manquez de considération de la part de vos parents, mais peut-être ils sont simplement maladroits. Peut-être ont-ils eux aussi été mal aimé par leurs parents, et du coup ils ne savent pas vous montrer leur amour.

Osez leur dire que vous les aimez, et que vous souffrez de ne pas savoir si c'est réciproque.

Vous avez identifié le problème est c'est déjà bien.

Il faut leur dire, ne leur tournez pas le dos sans leur dire. Car moi-même ayant été en conflit avec mon fils, et ne sachant pas vraiment pourquoi, cela a été très dur pour moi. A l'heure actuelle je connais la raison, et j'étais à des années lumières à pouvoir me l'imaginer. A l'heure actuelle nous sommes en train de nous réconcilier, et nous nous voyons. J'ai dit souvent à mon fils que je l'aimais et lui aussi me l'a dit, pour nous cela ne venait pas de ça. Mon fils n'a manqué de rien et surtout pas d'amour.

J'espère par mon expérience vous avoir aidé un peu.

 

 

 

Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !