Mon fils a une peur bleue des dictées

Signaler
-
 Killspam -
Bonjour,

Mon garçon de 7 ans est en ce1 et a peur des dictées. A la maison c'est l'enfer quand il doit en préparer une pour le lendemain, il se met à piquer une crise et à s'angoisser. Quelqu'un pourrait nous aider ?

6 réponses

Bonjour,

Il me semble que vous me racontez l'histoire de ma vie scolaire et j'ai maintenant 44 ans !! J'ai toujours eu une peur bleue des dictées. Etant pourtant une bonne élève , il me suffisait d'écrire le mot dictée et c'était la panique totale !!
Il faut vraiment l'aider à dédramatiser : Orthophoniste, Jeux, Lecture ... tout est bon sauf lui faire des grands cours de Orthographe ou autre car cela vient souvent d'un blocage.
Encore maintenant lorsque j'écris sans me poser des questions tout va bien mais dès que je me pose une question , c'est la panique.
Une instit m'a dit un jour que cela pouvait être lié soit à l'apprentissage de la lecture soit à une tournure d'esprit (Il analyse plus le fond que la forme de l'écrit).
Bon courage !!
bonjour,
mon fils aussi en CE1 a une hantise des dictées et des devoirs du soir... donc je vous comprends... donc je le fais sous forme de jeux (a faire pendant les vacances (lol) )1er jour lire les mots, 2ème jour épeler les mots, 3ème jour écrire les mots, 5ème jour dicter les mots ...c'est long mais cela marche ... pour les dictées c'est pareil une phrase, par phrase
courage
je suis d'accord avec vivi34 sur la tournure d'esprit : j'ai eu le même problème sur les dictées et en fait j'écris toute la journée à présent. J'analyse plus le fond que la forme de l'écriture. Le sens, la portée, le son, la chanson, l'impact, le possible et l'impossible, le futur, le passé, la chronologie, le développement, l'étrange, l'inconnu, le nouveau chemin qu'ouvrent les phrases et non ce que veut l'éducation nationale ou mon patron. Et puis on trie et on garde le meilleur. Mais c'est vraiment meilleur.
Je suis aussi d'accord avec Emilyrose4238, sur les jeux de vacances, s'ils sont parfaitement réguliers dans le temps. Il ne s'agit pas de vouloir trop en faire un jour et puis rien le lendemain, sinon cela créerait une angoisse supplémentaire. Tout cela sans raideur excessive non plus, le jour où on est fatigué, on est fatigué. Il est bien normal de pouvoir se reposer. Sinon, c'est angoissant pour tous les autres jours, tout le monde connaît bien cela.
Je pense qu'il faut des aides importantes qui ne ressemblent pas à l'école, qui sont adaptées au rythme de l'enfant. Ce sont des enfants très créatifs. La création, le concept, c'est la valeur la plus prisée de notre monde, mais la moins prisée à l'école. Si l'enfant est abandonné à lui-même, il tombera dans d'autres voies parallèles. Il faut le guider, il a du potentiel.
Salut Solange

Est ce qu'il fait ça que pour les dictées ou l'école en général le stress ? Si vraiment vous avez tout essayé, peut être devriez vous l'amener chez l'orthophoniste ?
Bonjour,

Je pense qu'il faut le rassurer et lui refaire prendre confiance en lui. Ça se trouve c'est sa maitresse qui lui fait peur ! Faites lui faire des exercices utilisant les mots mais sous l'angle du jeu pour qu'il s'amuse et dédiabolise la chose. Bon courage !
Bonjour Solange,

C'est une situation très fréquente mais qui mérite en effet de comprendre "qu'est-ce qui se passe" dans ce moment de la dictée. voilà quelques pistes :
http://www.heureuxalecole.com/mon-enfant-a-peur-des-dictees/

Comme le dit vivi34, c'est une panique qui peut continuer longtemps dans la vie si l'on n'y prête pas attention. L'enseignant n'a pas toujours le temps de prendre en charge. Et de toute manière, dans l'esprit de l'enfant, c'est celui (celle) qui dicte. Alors qu'un parent ou un grand parent aborde la question en douceur et "calme le jeu"... bonne route !
j'étais comme cela. Je n'ai pu étudier qu'en manquant une dictée sur deux au minimum, sinon, mes notes auraient trop chuté : je faisais quarante fautes par page. En faisant peu de dictées à l'école, je me suis détendue et j'ai appris en dehors de l'école, à mon rythme avec d'autres gens. A présent mon métier, c'est d'écrire, le croirez-vous ? Je ne fais presque plus de fautes d'orthographe ou de grammaire et l'ordinateur corrige celles qui résistent encore... comme quoi, dans la vie, l'école, ce n'est pas toujours la solution. Même problème avec ma fille, mais en relations humaines. A l'école elle était tellement introvertie qu'elle en est sortie à 16 ans. Depuis elle travaille au contact du grand public et prépare des diplômes d'enseignant par correspondance. Le secours est venu-là de cours par correspondance : elle a pu étudier à son rythme et s'est révélée très épanouie dès qu'elle n'a plus eu à supporter le rythme scolaire. Je pense donc que l'école ne convient pas aux bons élèves, j'en connais d'autres et d'autres encore qui ne font que confirmer ce que je dis. La solution pour les enfants et pour l'école, je ne la connais pas.
J'ai testé et ça a fonctionné : hors devoirs, un petit scrabble, des jeux de lettres type Mots mêlés ... puis étape/étape : on lit les mots de la dictée, on les épèle sans regarder, on fait la dictée, il s'auto-corrige et on recopie les mots non acquis. Un a deux mots à épeler hors contexte (dans la voiture, en course, ...)
Bon courage