Privée de mes petits-enfants

Signaler
-

Bonjour, Je vis un drame, un double drame. Mon fils a épousé une Tchèque qui m'adorait avant le mariage. Le jour-même du mariage, elle m'a lancé un regard assassin qui en disait long et j'ai été refroidie pour toute la cérémonie et depuis (5 ans), à CHAQUE FOIS que je vais les voir, elle fait systématiquement la tête quand j'y vais (une petite semaine à chaque fois), mon fils me met alors tout sur le dos, et après des années de scènes ridicules dûes essentiellement aux sautes d'humeur de ma belle-fille, j'ai fini par abdiquer, mon fils étant totalement sous son emprise et irrespectueux avec moi.

J'en avais marre de pleurer. Ma fille dans l'histoire, en souffre aussi, car elle n'a pas la même position que la mienne, on lui fait la tête aussi mais "ça passe mieux", mais moi, on me tombe dessus et ça tourne au vinaigre à chaque fois.Je suis donc privée de mes petits-enfants, de mon fils que j'adorais, qui tient à fond pour son épouse ce qui est normal mais qui a influencé sa soeur, donc je suis coupée d'une famille sans rien avoir fait, ni dit. La seule chose qu'on puisse me reprocher est d'avoir l'air triste et lointain quand ma belle-fille me fait subitement la gueule. Je ne veux pas faire intervenir la loi, les juges ne changeront rien à ce climat de haine qui s'est installé au sein de notre famille mais j'aimerais parler, échanger, alléger mon coeur meurtri. Je meurs de l'intérieur, ma vie n'a plus de sens, ma tristesse devient un problème que je me traîne comme un fardeau. Mon entourage ne me comprend pas toujours, ma souffrance est au paroxysme et je donnerais des années de ma vie pour serrer à nouveau mes petits enfants dans mes bras.