Je suis favorable à la fessée [Fermé]

Signaler
Messages postés
11
Date d'inscription
jeudi 19 janvier 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2020
-
Messages postés
11
Date d'inscription
jeudi 19 janvier 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2020
-

Bonjour,

Je voudrais réagir aux commentaires de certains(nes) internautes s'agissant de donner ou ne pas administrer de fessée à un enfant.

Personnellement, je suis favorable à punir les enfants d'une fessée lorsqu'ils ont dépassé les limites. J'ai été fessé durant mon enfance pour mon comportement intolérable (mensonges, paroles déplacées, insultes) et je ne le regrette pas car ces fessées étaient méritées.

J'ai élevé mes 3 enfants en appliquant cette même punition et ils n'ont pas non plus été traumatisés. Je crois que l'interdiction prononcée en décembre 2016 est une faute. Une fessée n'est pas un acte de maltraitance. Pensez au dicton : "Qui aime bien chatie bien." Bien entendu, la fessée doit être mesurée et représentée l'ultime recours. La discussion doit être avant tout la priorité pour raisonner un enfant. Mais il arrive que l'enfant ne soit pas réceptif et dans ce cas la fessée peut être la seule solution pour remettre son enfant dans le droit chemin.

Un enfant est plus ou moins mature et selon son caractère et sa sensibilité, une fessée aura plus d'impact sur lui s'il se comporte "en bébé"; c'est ainsi que l'on peut donner une fessée à un enfant de 12 ans s'il se comporte comme un enfant de 5 ans.

18 réponses

Messages postés
15
Date d'inscription
lundi 23 juillet 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
23 novembre 2019

vous dîtes n'importe quoi vraiment !

 

9
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

Journal des femmes 4332 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Je comprends très bien votre réaction mais je pense que si vous preniez les moyens vous permettant de prendre une conscience plus vive de la splendeur d'un être humain vous réagiriez autrement.

Bonsoir Jeanphi,

 

Recevoir une fessée à 12 ans est humiliant. Si l'enfant se comporte comme un bébé à cet âge-là, c'est qu'il y a une autre raison. Il faut plutôt consulter un médecin que de s'obstiner à lui donner des fessées.

Je suis aussi choquée par vos propos "qui aime bien, chatie bien"... Il ne faut pas exagérer !!! Une fessée n'est pas anodine !

Messages postés
1
Date d'inscription
dimanche 20 mai 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
20 mai 2018
5

Quand un ado ne se comporte délibérément pas de façon responsable malgré les explications et les avertissements, une bonne fessée déculottée peut-être la solution pour certains. Je ne généralise pas, ça ne marchera pas pour tous, mais pour certains, le choc et la honte de ce traitement seront salutaires pour passer le cap de l'irresponsabilité. Je crois que c'est le sens des témoignages de plusieurs ici.

Que dire d'un adulte qui dans certains domaines n'arrive pas à se comporter en adulte ? Je crois que certains le vivent mal et ont la lucidité de penser qu'une prise en main même ponctuelle leur serait profitable. C'est là aussi ce qui va permettre de passer le cap de l'irresponsabilité, faire sauter un blocage voire se mettre en règle avec soi-même.

Messages postés
11
Date d'inscription
jeudi 19 janvier 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2020

Je partage amplement votre point de vue. C'était le cas pour moi . Il n'y avait que la fessée 

qui pouvait remettre mes idées en place . Ma mère m'avertissait toujours : "Attention Jean Philippe , si tu continues , je te déculotte et te fesse devant tout le monde ". C'était les années 60 , et à cette époque , la fessée était monnaie courante , que ce soit à l'école ou à la maison.

J'ai reçu des fessées déculottées par 2 institutrices , la 1ere en CE2 , la seconde en CM2

Quant à maman , elle m'a fessé jusqu'à 15 ans 1/2. Je ne lui en ai jamais voulu car je savais qu'elle me fessait pour mon bien .

Bonjour,

Je suis contre cela,

Mon petit garçon, va avoir 2 ans c'est encore un bébé, il demande qu'à apprendre en ayant des limites évidemment .. aujourd'hui il ya tellement d'autre solution que de frapper , car pour moi donner une fessée c'est lever la main sur son enfant...

Mon fils n'a jamais reçu une fessée, il vas au coin et encore cela est rare et pourtant du au de ces presque 2 ans il est poli et obéissent. 

Je ne ferais jamais à mon enfant ce que je ne veux pas qu'on me fasse.

Évidemment l'éducation, tout le monde vois sa différement .. mais il est évident qu'un enfant recevant une fessée ce n'est pas une parti de plaisir .. imaginer dans sa petite tête ce qu'il ressent ? Un enfant n'a pas besoin d'être frapper pour comprendre... Et sa n'importe quelle psychologues, médecins vous le diront ..

Voyez les choses différemment et poser vous les bonnes questions ... Vous aimez donner des fessées à vos enfants ? Le voir pleurer vous satisfait car il a eu mal ? J'ai moi même reçu des fessées et claques étant plus jeune et je vous garantis que sa ma traumatisée...

Un enfant reste innocent ... Et n'a pas demander à naître c'est nous les parents qui avons désirés un enfant .. 

Même si à un certain âge ils entre dans la phase de test, de provocation, de désobéissance cela ne justifie pas une fessée ou une claque .. on a tous été jeune .. 

Comme je l'ai dit cela est mon point de vu .. j'espère juste que cela peut faire réfléchir.. 

J'ai une amie assistante sociale et je peux vous dire que la violence ne mène à rien .. car oui détromper vous donner une claque, une fessée c'est lever la main sur l'enfant.. même si pour vous cela n'est pas le cas..

L'éducation c'est très compliqué et être parents n'est pas simple.. 

Bonne après midi  

Bonjour

J’ai 45 ans mon père ne m’avais jamais donner de fessée avant mes 12 ans, cette age ou je suis devenu insupportable a la maison et au collège. Je ne passais pas une journée sans un mot dans mon carnet de liaison, mes notes été proche du néant, les renvois de l’établissement pour mauvaise conduite fréquentes sans parler des bêtises quotidiennes a la maison .

Mon père élevait seul ses 6 enfants et j’étais malheureusement pour mes fesses, le plus turbulent. Tout est rentré dans l’ordre quand je suis passé au lycée quelquechose en moi avait changé. Je ne le remercie pas, je ne l’accable pas, il m’a dit plus tard qu’il aurait aimé avoir trouvé une autre solution.

Messages postés
31579
Date d'inscription
mercredi 22 février 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
5 septembre 2020
81

bonjour

 

je pense qu'il ne faut pas confondre féssée et humiliation.

que la maman donne une fessée car sa fille n'est pas respectueuse, ok.

par contre de là, à relever la jupe, baisser la culotte et le collant...

là ça devient de l'humiliation gratuite à mon sens

 

la fessée pouvait très bien être donnée en gardant les vetements.


--
 "je crois que c'est le rôle de Dieu de leur pardonner... nous, notre boulot,     c'est seulement d'organiser cette rencontre." Général Schwartzkoph 

 

Messages postés
1
Date d'inscription
lundi 9 octobre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
9 octobre 2017

Dans le cas de Sophie,sa maman a très probablment été véxée d'être confrontée à un tel manque de respect intolérable.La fesser de cette manière lui a rappelé qu'elle n'était qu'une gamine ...J'ai reçu cette correction jusqu'au collège (mensonges, manque de respect , manque de travail, petit larcin) et je n'ai jamais recommencé....Une bonne fessée de temps en temps n'a jamais fait de mal à personne est n'est pas dangereuse .La honte de la déculottée est une double punition ....très efficace pour ma part .Les fesses mises nues et recouvertes juste après la fessée .

Messages postés
11
Date d'inscription
jeudi 19 janvier 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2020
>
Messages postés
1
Date d'inscription
lundi 9 octobre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
9 octobre 2017

Bonjour Caro,

Merci pour votre témoignage . Je m'aperçois que vous etes en accord avec moi

Un enfant de 12 ans irrespectueux envers ses parents mérite une fessée déculottée . En effet c'est une double punition mais dans le cas de Sophie je peux vous dire qu'elle n'est pas prete à insulter à nouveau sa maman

Elle a été vexée d'etre punie ainsi mais je crois que son attitude méritait une punition exemplaire

Personnellement , à 15 ans , j'ai reçu une fessée déculottée devant ma copine d'enfance pour avoir insulté ma mère

Je n'ai plus jamais insulté maman mais je peux vous dire que cette fessée m'a marquée pour la vie 

Néanmoins je l'avais amplement méritée

Messages postés
2
Date d'inscription
samedi 17 mars 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
17 mars 2018
>
Messages postés
11
Date d'inscription
jeudi 19 janvier 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2020

Bonsoir jeanphi En voulez-vous à votre mère ? de cette fessée déculottée devant votre copine d'enfance ?  "marquée pour la vie "? souvenir impérissable ou traumatisme ? Ne pas oublier est une chose, ne pas s'en remettre serait autre chose.

>
Messages postés
11
Date d'inscription
jeudi 19 janvier 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2020

Pour information, c'est une agression sexuelle au regard de la loi en plus à un enfant/ado surement pubère par ascendant, vous jouer avec le feu selon moi..

Messages postés
2
Date d'inscription
samedi 17 mars 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
17 mars 2018

Bonsoir stf-frmu

La fessée par-dessus les vêtements fait à force et à durée égale beaucoup moins mal, surtout si en hiver et comme le relate ce témoignage la punie porte des collants en plus de jupe et culotte. Ce n'était donc pas gratuit que d'avoir ôté ces trois protections. On peut être contre la fessée, mais on se dit que cette mère a fait les choses jusqu'au bout ; une fessée sans avoir au préalable déshabillé son insolente de fille aurait peut-être fait rire celle-ci. La mère pouvait certes  par souci de décence envers une ado ou presque ado ne pas aller jusqu'au bout, ne pas baisser  la culotte, mais seulement les collants et après avoir soulevé la jupe. Mais supposons qu'une une petite sœur soit à son tour amenée à recevoir la fessée et que ce soit alors à nu ? n'étant pas encore ado ? Il y aurait injustice. Une fessée est administrée laisser un mauvais souvenir et la honte y  contribue, qui plus est devant témoin ou en public ; 

ce n'est donc pas gratuit que de complètement déculotter, et on peut bien sûr s'insurger contre cette pratique.

Messages postés
11923
Date d'inscription
samedi 14 décembre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
5 septembre 2020
23

bonjour

je me joint au debat depuis des generations la fessée existe et donne le point final ""tu est allé trop loin maintenant""

bien sur elle doit restée a mon avis beaucoup plus une vexation que  douloureuse

j'en ai pris  enfant  et donné parfois  sans étre de la maltraitance

 

pour les gens qui disent que cela produit des futurs delinquants ou violents j'aimerais connaitre le pourcentage de delinquants actuels qui ont eu des fessées et celui de gens ""ordinaires""et respectueux qui en ont eu 


--
apprendre c'est écouter ceux  qui savent et ignorer ceux qui croient savoir 

 

Bonjour Lili,

Chacun éduque son enfant comme il veut .

Personnellement ,je suis favorable à la fessée sans en abuser évidemment . Cette façon de punir n'est pas anodine comme vous l'énoncez mais elle est parfois efficace .

Tout dépend de la faute commise par l'enfant

Les fessées que j'ai reçues durant mon enfance étaient justifiées car mes mensonges répétés ma provocation vis à vis de ma mère méritaient un chatiment exemplaire .

J'ai pris conscience à 15 ans qu'etre puni comme un gamin n'était plus acceptable et cette fessée reçue à 15 ans m'a fait réfléchir et je me suis tenu à carreau depuis

Bonjour

Je suis d accord  avec Lili une fessée est parfois éfficace.

Dans les pays comme la Suède , Norvège ils constatent après des années de mise en place le mal qu a causer

l interdiction de la fessée : délinquance, enfants roi,aucun respect, des denonciations mensongères et des parents emprisonner....

Ils regrettent leur choix alors nous bien sur comme c est nul on prend!!! le pays va tellement bien 

Je voudrais apporter un témoignage sur l'état d'esprit des parents confrontés à leurs pré-ados .

Comme tous les après midi je me rends chez des collégiens pour leur donner des cours de soutien scolaire

Mardi soir , j'ai donné un cours à Sophie agée de 12 ans qui est élève de 5ème .

D'habitude , très concentrée sur son travail , ce soir là elle n'était pas disposée à travailler et sa maman l'a recadrée et lui a demandé de bien se concentrer sur les exercices que je lui donnais .

Sophie répliqua :" Maman on t'a pas sonné , laisse nous tranquille " . Je fus surpris par l'insolence de mon élève et je me demandais comment allait réagir sa mère

" Sophie , tu t'excuses immédiatement sinon je te donne une fessée devant ton professeur!"

"Dans tes rèves ! " répondit Sophie

Sa maman , révoltée par l'insolence de sa fille fondit sur elle , releva sa jupe et baissa son collant puis baissa sa culotte .

Sophie , prise de cours , ne put échapper à la fessée et malgré ses excuses tardives reçut une fessée magistrale .

Je me suis dit que sa maman a eu raison de fesser sa fille car une telle insolence méritait un chatiment exemplaire

Je me réjouis que certains parents punissent sévèrement leurs enfants malgré l'interdiction de la fessée depuis fin 2016

Qu'en pensez-vous chers (es) internautes ?

Messages postés
16193
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 février 2020
693 >
Messages postés
31579
Date d'inscription
mercredi 22 février 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
5 septembre 2020

Bonjour
En parfait accord avec ça.

Je vous dirai juste cela : on ne tape pas les prisonniers du moins en France, on ne tape pas les adultes non plus, alors pourquoi taper les enfants, je me demande vraiment comment on peut faire ça. Enfin chacun fais comme bon lui semble même si je peux comprendre que des parents soient désemparés par le comportement de leur progéniture. L'enfant se nourrit de ce que lui donne les parents, à méditer. 

> Visiteur

Je pense que l'essentiel n'est pas de taper ou de ne pas taper. Il est de sanctionner et on peut le faire de quelque manière que ce soit. Il faut, de toute façon, en premier lieu, susciter chez l'enfant le désir de faire ce qu'on lui demande de faire ou de ne pas faire ce qu'on lui demande de ne pas faire. Il est très important que l'enfant soit motivé. Et, dans le cas où on est amené à sanctionner parce que l'enfant est trop faible pour résister aux tentations qui se présentent à lui et qui ne servent pas du tout son intérêt, à ce moment là, il faut l'encourager, le soutenir, lui dire qu'on sait bien que c'est un moment difficile qu'il va traverser mais qu'il faut qu'il soit courageux et qu'après cela ira beaucoup mieux. En fin, il faut le consoler et aller jusqu'au bout de la consolation.Je suis contre et même archi contre la souffrance pure imposée aux enfants parce qu'on est fatigué et énervé.

Il ne faut pas, à mon sens, interdire aux enfants de taper alors qu'on tape soi-même. Il faut leur interdire de taper sans motif. Il faut leur dire qu'il n'est pas bon de le faire sans discernement et qu'on ne fait pas cela uniquement parce qu'on a envie de le faire. L'enfant doit savoir que si l'adulte fait cela c'est vraiment dans le but de changer la vie de l'enfant dans le sens d'une amélioration et il doit prendre énormément de précaution au préalable.

> Visiteur

De la lecture de votre message je le résume en gros en pensant au gendarme et au voleur, qui serait que le gendarme a le droit de taper des fois, avec un motif clair et avec discernement. Ça voudrait dire que n'importe qui qui pense avoir un motif suffisant pour lui car c'est son avis peut frapper l'autre.. Cela me laisse perplexe cela laisse une porte à frapper les gens pour tout et n'importe quoi.. Mauvaise idée selon moi

> Visiteur

Ça me fait penser à la chanson du Petit CORDONNIER qui battait sa femme à coup de baton et la battait si juste...pas plus qu'il n'en fallait.....

Messages postés
16193
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 février 2020
693
Bonjour a toutes et a tous
Quoi que je sois contre les coups, fessée, dans l'éducation de nos enfants, cela m'est arrivé de donner une fessée, une tape sur la main. Il y a un moment effectivement il faut réagir, un enfant teste ses parents, mesure jusqu'ou il peut aller, et si la réaction n'est pas dissuasive alors il montera en puissance et il ne sera pas facile a vivre, je ne crois pas que pour son avenir ce soit une bonne chose que de le laisser toujours crescendo, prendre le dessus et le laisser croire que la vie c'est cela.
La loi ??, quand un enfant difficile devient délinquant, les premiers responsables sont les parents, mais quand un parent tape son enfant difficile qui sort des "clous" cette loi tombe sur le parent. Donc en fin de compte qui est responsable des parents ou de la loi ?
Il y a des parents qu'il faut réprimander car ils vont trop loin, mais il y a des enfants pour qui malheureusement il n'est pas possible de laisser passer une situation et que l'enfant mérite une fessée.
Il faut que ce soit encadré, mais pour ma part je dis, laissons l'éducation de l'enfant a ses parents. Un enfant qui va a l'école avec des bleus il faut que la loi s'occupe des parents, un enfant turbulent il faut que les parents s'occupent de leur enfant.
Que fait la loi de enfants difficiles ?, ils finissent en prison, c'est une punition, de même que celle des parents.
Encadrer oui, interdire non, une fessée n'a jamais tuer un enfant, donc arrêtons de traiter tout les parents de bourreaux d'enfant, car ces enfants lorsqu'ils grandissent nous en sommes témoins, reconnaissent que l'éducation de leurs parents a été juste, que s'ils ont reçus une féssée, il l'avait mérité et que cela a servi a quelque chose de positif.
Le cas donné ci haut est excessif pour ma part aussi. Que l'enfant de 12 mérite une fessée en publique oui car, l'enfant a ridiculisé sa mère en publique. Mais aller a lui baisser ses vêtements non, cela est dégradant.
Quand au respect, qui doit respecter qui ? La aussi il ne faut pas se tromper.
Quand un enfant dit a sa mère " on ne t'a pas sonné" c'est irresoectueux. Le dire en publique c'est inadmissible. Cela laisse penser a l'entourage que l'enfant n'a aucune éducation, c'est la qu'il faut qu'il comprenne qu'il a fait une grosse faute et la fessée et vraiment méritée.
J'ai rarement puni mes enfants (4) avec des coups, bien sur d'autres méthodes existent, mais je ne suis pas d'accord avec cette loi qui a mon avis va trop loin et fait des enfants rois, malheureusement j'en ai connu dans mon entourage et pour quelques uns, ils ont finis en prisons, car les parents étaient incapables de jouer leur rôle, l'enfant sachant profiter et se servir de cette loi a contre productive.
Il y fut une époque ou un prof tirait l'oreille de son élève et cela c'est toujours bien passé, aujourd'hui l'élève tabasse son prof, en plus un jour il fini en prison car après cela il continue a faire de mieux en mieux.
Est-ce vraiment dangereux pour l'enfant difficile une fessée, une éducation adaptée a son caractère en faite, sans jamais aller a l'excès bien sur, une loi encadrant cela est utile ?
Ou est-ce dangereux pour eux, de ne pouvoir rien faire car les mots parfois ne font plus rien, et on sait comment ils finissent pour beaucoup d'entre eux ensuite ?

Messages postés
31579
Date d'inscription
mercredi 22 février 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
5 septembre 2020
81

bjr lekabilien

 

pour revenir à votre post, je suis tout à fait d'accord à 200%.

vous l'avez mieux expliqué que moi,

une fessée meritée, oui

une fessée pour le plaisir de fesser, non car égal a de la maltraitance

et baisser les vetements pour mettre une fessée en publique, inadmissible.

j'ai 2 garcons, ils en on pris quelques unes car elles etaient meritées, et ils ne sont pas traumatisés pour autant.

les deux (14 et 20ans) vivent encore a la maison car des etudes et n'ont pas l'air de se plaindre d el'education qu'ils ont recu

Messages postés
16193
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 février 2020
693 >
Messages postés
31579
Date d'inscription
mercredi 22 février 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
5 septembre 2020

Bonjour stf_frmu
N'est-ce pas !
Il est vrai que le monde évolue il faut évoluer avec lui, mais l'évolution dans l'éducation des enfants a notre époque est tellement laxiste que nous en payons, ou plutôt, les enfants le payent chèrs.
Il vaut mieux une bonne fessée qu'un avenir en " galère".
Bonne continuation
Messages postés
31579
Date d'inscription
mercredi 22 février 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
5 septembre 2020
81 >
Messages postés
16193
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 février 2020

tout a fait !

 

Messages postés
29152
Date d'inscription
mardi 17 septembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
4 septembre 2020
152

bonjour

les nouvelles :

https://www.journaldesfemmes.fr/maman/guide-des-parents/1977416-violences-educatives-ordinaires-loi/

mais je m'étrangle que l'on ai pas parlé de l'age ! car le recit de  jeanphi sur cette ado de 12 ans me reste en travers de la gorge


--
ce qui semble évident pour les uns, ne l'est pas forcément pour les autres

 

Messages postés
29152
Date d'inscription
mardi 17 septembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
4 septembre 2020
152

attention sur le lien post 22

il me semble que cela n'est pas definitif, donc consultez le lien qui sera mis à jour dès de nouvelles infos (certainement quelques mois)

t'es ok Laura ? ou je me trompe ?

 


--
ce qui semble évident pour les uns, ne l'est pas forcément pour les autres

 

Si j'ai bien compris , vous vivez en couple avec un compagnon

Avez-vous adopté des enfants tous 2 ?

Quel est votre mode d'éducation aujourd'hui puisque vous avez connu étant enfant la fessée

Bonjour, j'ai 61 ans.

Personnellement, je suis favorable à la fessée. J'en ai reçu déculottées, mes enfants aussi, pas d'âge instauré, jusqu'à que l'enfant soit suffisamment mature. Ma fille aîné en a reçu jusqu'à ses 17 ans, mon fils 19 ans et la dernière jusque 16 ans. Et mes petits enfants en reçoivent aussi, les jumeaux âgés de 8ans, ma petite fille en a 13 et les deux plus grands ont 15 et 18 ans tous en reçoivent et sont plutôtobéissant ce sont des enfants et des ados encore. Bien-sûr il faut que celles-ci soivent méritées. Et je pense que pour de grosses conneries ou pour éviter que cela se reproduise une bonne fessée bien méritée s'impose pour leurs mettre les idées en place. SANS ETRE BATTU S'IL VOUS PLAIT. J'ai guattais mes enfants du mieux que je pouvais et je leurs aient donnés beaucoup d'amour. Je ne pense pas que ça soit une bonne idée d'installer une loi anti-fessée.

Après chacun élève leurs enfants comme ils l'entendent. Ce n'es que mon opinion. 

Je suis atterrée de lire votre commentaire.

''Une bonne fessée bien méritée'' vous croyez vraiment ce que vous dites?

Si votre méthode marchait si bien...comment se fait-il que vous ayez du ''pratiquer''jusqu'à leurs majorité???Non mais je rêve!

8,15, 16, 17, 18, 19, ans . Je crois que vous preniez plaisir à agir de la sorte . Je considère que vous avez fait de l'abus physique et sexuel sur vos jeunes. De la grosse violence . Vos jeunes ont  subi de l'humiliation et ne me dites pas qu'ils n'ont pas été battus S'IL VOUS PLAIT.

Messages postés
11
Date d'inscription
jeudi 19 janvier 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2020

Je partage amplement votre opinion , étant de votre génération ( 66 ans ).

J'ai reçu pas mal de fessées étant enfant et adolescent. Manquant de maturité, maman me corrigeait souvent pour mes bétises , mes mensonges , mes résultats scolaires insuffisants.

Ma fessée la plus sévère me fut administrée à 14 ans par maman devant tous mes camarades de lycée . J'avais osé sécher les épreuves du brevet l'après midi ce qui se solda par un ajournement . J'ai du repasser les épreuves en septembre .

Je me souviendrai toujours du visage de ma mère lorsqu'elle vit sur le tableau d'affichage devant le lycée la mention " Ajourné " en face de mon nom .

Sans dire un mot , elle m'a pris par la main , s'est dirigée vers le banc le plus proche et m'a déculotté devant tout le monde et j'ai reçu la plus belle fessée de ma vie .

En septembre , j'ai obtenu mon brevet avec la mention" bien".

Pour le bac , je l'obtins avec la mention " Tràs bien ".

Je remercierai toujours maman pour l'éducation qu'elle m'a donnée.

J'ai agi de la meme façon avec mes 3 enfants.

Aujourd'hui , je suis le Papy de 4 petits enfants .

L'ainée qui a 12 ans a reçu une fessée par sa maman récemment pour avoir fait une colère car elle voulait absolument un portable comme ses copines.

Personnellement, je ne suis pas défavorable à la fessée mais Il est absolument indispensable, au préalable, de motiver l'enfant pour le projet que l'on a sur lui quand on lui demande de faire ou de ne pas faire quelquechose pour éveiller en lui le désir de l'obéissance. Avec beaucoup de tendresse et de chaleur humaine, il faut l'intéresser et lui faire comprendre les avantages qu'il y a à faire ce qu'on lui demande et les désavantages qu'il y a, au contraire à ne pas le faire pour installer la confiance au lieu de la peur. Il est très mauvais de chercher à installer chez l'enfant la peur de l'adulte. C'est l'amour qui doit présider à tout dans les relations humaines. Ensuite si l'on s'aperçoit de ce que la fessée est nécessaire-ce qui n'est pas du tout exclu parce qu'il peut y avoir des résistance très fortes chez l'enfant-il faut qu'il y ait un temps d'immédiate pré-fessée durant lequel l'adulte fait tout pour soutenir l'enfant et l'encourager parce que l'on sait qu'il va traverser une période difficile et un temps d'immédiate après-fessée consacré à la consolation. Et il faut aller jusqu'au bout de la consolation.

Je pense qu'il faut vraiment répondre aux besoins de l'enfant et que la sévérité de la fessée doit être le plus rigoureusement ajustée à ces besoins parce quil faut qu'elle ne serve qu'à l'introduire dans une vie meilleure et que la tendresse, elle, doit être un torrent continuellement jaillissant du coeur de l'adulte.

C'est comme cela que l'on fait vraiment grandir l'enfant.

Bonsoir

Tout d'abord, on peut commnecer pour definir la maltraitance. Selon le dictionnaire Larousse, maltraitance veut dire " mauvais traitements envers une catégorie de personnes (enfants, personnes âgées, etc.).". Donc la fessé est vraiment une maltraitance comme le sont aussi les gifles, les claques, ou tirer les oreilles. 

Personne n'a le droit de frapper quelqu'un. Qu'ils soient nos enfants ne nous donne pas le droite de les frapper. Il n'y a pas de justification. C'est un abus de pouvoir. Si vous n'aimez pas être crié, frappé ou insulté, commencez par ne pas le faire. 

Si les adultes, même quand nous sommes adultes, nous faisons des bêtises, comment les enfants qui sont immatures encore ne vont pas les faire. C'est pour cette raison qu'il faut les compredre. Même si cela ne veut pas dire que nous ne devions pas agir lorsque ils ont un mauvais comportement. Bien sûr il faut agir mais avec raisonnement. Les humains sommes des animaux avec un raisonnement, il faut s'en servir. 

L'enfant, dans son immaturité, est capable de réfléchir. Il peut arriver à comprendre que cette attitude qu'il a eu n'est pas la correct. Ils intériorisent aussi très bien les limites. Alors les parents ont le devoir de trouver le meilleur moyen d'éduquer leurs enfants sans recourir au châtiment corporel. Il faut découvrir la raison pour laquelle il a fait cela. Parce que dans la plupart des cas où ces mauvais comportements sont constants est à cause d'une problème qui est à l'intérieur de lui. Et comme il ne sait pas comment l'affronter il reágit de cette mauvaise manière pour attirer l'attention de ses parents. Cela sera un travail un peu difficile en quelques cas, mais pour tout l'amour que nous avons pour eux, cela vaut le coup.

En effet, une personne apprend mieux par affection que par abus. Et par rapport avec la phrase "Qui aime bien chatie bien", je ne suis pas d'accord en absoult avec cette idée. À mon avis c'est tout le contraire. Une personne qui aime, essaie tout le temps à travers de l'affection, du respect et de la compréhension, de montrer à sa famille, ses amis ... etc, qu'il les aime. Mais il ne leur agresse jamais ni verbalement ni physiquement. 

Les châtiments corporels laissent des sequelles. Ils créent des personnes craintives, peu sûres et malheureuses. Et si cela ne suffisait pas, à l'âge adulte, ils pourraient répéter ces mauvais comportements aves leur enfants. Donc réfléchissons bien à l'éducation de nos enfants. Trouvons des informations pour savoir comment bien les éduquer. Donnons-leur un bon modèle en tant qu'adultes sensés que nous sommes. 

 

Bonjour,

En ce qui me concerne, je suis vraiment choquée par une grande partie des témoignages que j’ai lus. Il me semble que les personnes, qui se déclarent si nombreuses en faveur de la fessée, essayent tout simplement de justifier leur propre incapacité d’élever leurs enfants sans châtiment corporels. A mon avis, la fessée est, comme toute forme de violence contre un enfant, impérativement à refuser !

D’après la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, ils ont le droit de grandir dans un entourage non-violent. Des pays comme la Suède, la Norvège ou l’Autriche l’ont déjà protégé par la loi en ayant interdits la fessée.  En France, en revanche, elle est toujours une méthode d’éducation légitime. Les « bénéfices » qui sont mentionnés précédemment, me semble tout à fait ridicule. Egalement la diction « Qui aime bien, châtie bien », qui est utilisée comme justification. Un enfant n’apprend rien à travers des châtiments corporels, au contraire, ils laissent des séquelles irréversibles et lui montrent que la violence serait un moyen légitime pour résoudre des conflits.

En effet, en donnent la fessée l’adulte révèle plus de lui-même que de l’enfant – qu’il a trouvé sa limite, qu’il ne voit pas d’autre possibilité que la violence. Voulez-vous que votre enfant suive votre exemple ? Certainement pas, alors commencez à agir raisonnablement! Punition ? Oui, mais sans violence. Il y a d’autres moyens que la fessée.

Messages postés
16193
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 février 2020
693

Bonjour
Il faut arrêter de diaboliser les parents qui donnent une fessée, une tape a leurs enfants. Personnellement ce n'était pas mon cas car j'ai eu la chance d'avoir des enfants faciles, ce n'est pas le cas de toutes les familles.
Il y a fessée et fessée bien sur, mais cela si nécessaire et sans gaité de coeur, il faut le faire, car certains enfants ne connaissent pas de limites, relèvent le défies de qui va lâcher le premier.
Les loi de protection de l'enfance a mon sens vont un peu loin, et si vous n'arrivez pas a éduquer vos enfants vous en êtes responsable. Comme tout, certains ne peuvent tout simplement pas éduquer leurs enfants car certains parents en abusent, mais ne pas genéraliser, ne pas diaboliser, et ça ne traumatise pas un enfant qui prend une fessée sans exageration.
Adulte faites une action qui n'est pas permise par la vie en société, selon le type d'action vous avez la sanction adaptée. Faire 20 ans de prison est je pense plus traumatisant, qu'un enfant qui prend une fessée mesurée, avec retenue.
Il y a des règles de vie en société et la sanction tombe en fonction des faits et c'est normal. Dans un foyer, une famille, il y a aussi des règles et il faut les faire respecter, cela fait partie de l'éducation de cet enfant, que s'il va trop loin dans sa position de vouloir dominer, il faut lui montrer que ce n'est pas lui qui dicte les règles, et qu'il doit un minimum de respect et d'écoute
Bien sur frapper a tout bout de champ c'est juste bon a refermer l'enfant, mais ceux sui ont pris des corrections légitimes mais mesurées, grands ils le reconnaissent, ils disent l'avoir mérité.
Bannir les violences gratuites, oui, la parole, l'explication est la meilleure éducation, mais a tous les enfants cela ne suffira jamais, quoi faire alors ?, baisser les bras ? Ce ne serait pas leurs rendre servir pour leur avenir. Tous les parents sont differents aussi, d'ou, attention a l'abus.

 Alors tant que cela reste une petite fessée, une tape sur la main, foutez la paix aux parents raisonnables qui ont des enfants difficiles dont certaines lois ne font que compliqué encore plus les choses pour eux. J'en ai connu, et les enfants, regrettent de ne pas avoir écouté leurs parents qui n'ont pas osé être plus sévères, ils regrettent car pour certains, ils ont fini en prison. Et oui, la loi, elle, elle ne se gène pas de punir l'enfant, car a 18 ans, parfois plus jeune, c'est encore un enfant.
C'est la fessée ou la prison qui peut être traumatisante, avec tout ce qui peut leur arriver a l'intérieur ?

 

 


Posté depuis https://itunes.apple.com/fr/app/ccm-live-discussion-forum/id871822609?mt=8CCM Live forum pour iPhone/iPad]

Je trouve que mettre une tape sur les fesses est déjà dur à supporter et surtout en public ( surtout si on a des complexe par exemple au fesse , ce qui n’est pas rare pour une fille de son âge  ) Alors en plus être déculottée je trouve sa écœurant ! A aucun moment sa ne peut être justifié. La mère fait preuve d’un comportement froids et déplacé je trouve . Juste pour avoir répondu , non c’est démesuré 

Enfin ! A chacun sa façon de voir les choses mais moi je trouve sa extremement humiliant et démesurée 

Je trouve cela ahurissant de confondre punition et maltraitance, ce sont deux choses qui n'ont aucun point commun. La punition est quelque chose de normal, alors que la maltraitance c'est ignoble. Une fessée n'a jamais été de la maltraitance quand elle est donnée avec amour et respect. Je vous invite à découvrir cette saynète que j'ai découverte par hasard, j'espère qu'elle fera réfléchir les grands moralistes à deux balles...

Il suffit de taper sur Google : Le cadeau de maman pour mes 18 ans !

 

Vous avez tout à fait raison. Une fessée n'est pas anodine. C'est la raison pour laquelle je soutiens que pour se permettre de la donner, il faut au préalable avoir dépensé de l'énergie à éveiller chez l'enfant le désir de l'obéissance et que, s'il est nécessaire de la donner, il y a un protocola à respecter absolument. Encourager l'enfant, le soutenir parce que l'on sait qu'il va traverser un moment difficile, passer à l'acte et, enfin le consoler et aller jusqu'au bout de la consolation.

Il faut absolument s'interdire de fesser un enfant sans aucune préparation et simplement parce que l'on perd patience. C'est un acte très sérieux et il faut absolument que l'enfant soit convaincu que l'on pose cet acte-là pour le faire entrer dans un vie meilleure.

Oui, il faut préparer l'enfant à la sanction. Bien réfléchir. Il m'est arrivé qu'énervée de façon inconsidérable, je fesse mon enfant. En fait, c'est moi qui était irritable (deux jours avant de "les avoir") Plus que mon fils, c'est moi qui méritai d'être corrigée.

C'est comme cela qu'ont créé des gens agressifs, ils frappent ou agressent les personnes car pour eux c'est justifier selon leur propre barème si j'ose dire. A t-on déja vu un juge demander à frapper un criminel ou un assassin, je n'en ai pas connaissance en tout cas. pourtant c'est exactement ce que laisse penser votre message on peut que quand on juge que c'est possible pour le bien de l'enfant soi-disant.

Messages postés
1
Date d'inscription
mercredi 3 octobre 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
3 octobre 2018
2

Comme beaucoup d'enfants de ma génération j'ai connu dans les années 60 les fessées et surtout les coups de martinet (généralement appliqué fesses nues et pas forcément en privé) toujours par ma mère.

J'ai occulté pas mal de souvenirs de cette époque mais je sais que  cela a commencé assez tôt pour moi  et il me semble cela s'est arrêté vers 6 ou 7 ans. Par compte  mes frères y ont eu droit jusqu'à l'age de 12 ou 14 ans.

Encore aujourd'hui j'ai du mal à mettre le mot maltraitance au sens traditionnel du terme. En effet  d'une part ce n'était jamais gratuit et le plus souvent donné sur le coup de la colère. D'autre part c'était une forme d'éducation alors courante admise par la très grande majorité des gens  et que ma mère ne faisait que reproduire l'éducation qu'elle avait elle même subie (elle disait bien connaitre la douleur que pouvait procurer l'usage du martinet et je peux confirmer que cela faisait mal). Cela n'arrivait pas tous les jours mais les menaces etaient récurante, on menaçait d'ailleurs à l'époque régulièrement de maison de correction. La terreur ne régnait pas (bien qu'une inquiétude devait toujours rester latente) et notre éducation qui n'était au fond pas plus sévère que dans beaucoup de familles.

A l'école il en était un peu de même,  coups de règles sur les doigts (même chez des institutrices réputées douces, gifles parfois bien fortes quand on se trompait (je l'ai vécu) et par la suite quelques d'amis(es) et connaissances de mon âge et meme plus jeunes m'ont avoué  avoir connu la fessée publique déculottée.

Sans doute étais je un enfant particulierement sensible car je dois reconnaître avec le recul j'ai été profondément marqué par ces principes éducatifs. Timidité maladive, manque de confiance en moi, troubles psychiques, difficultés a gérer les sociabilités, incapacité a assumer tout type de violence, inhibition sexuelle (la sexualité était vraiment tabou et tout désir accompagné de sentiments de culpabilité) et même des tendances masochistes non assumées.

Je devine déjà la réponse que vont me donner beaucoup de "pro-fessée"  : les temps ont changés et quel rapport avec une petite fessée donnée occasionnellement à un enfant qu'on n'arrive plus à gérer autrement  ? 

Mais les temps ont ils tant changées ?

S'il me semble que la fessée si elle est fe plus en plus mal vue pour beaucoup me semble très loin d'avoir disparu du paysage éducatif français. La preuve en est ce débat.. Je crois que les nostalgiques peuvent se rassurer, elle reste bien présente.

Dernièrement encore j'ai entendu une jeune grand mère que je connais bien, affirmer "il faut que les fesses soient bien rouges". Et sa fille avouer en d'autres occasions qu'en désespoir de cause il lui était arrivé d'utiliser la ceinture (vu la situation actuelle de la famille les choses ne se sont pas arrangées). Nombre de fois j'ai entendu des collègues même jeunes, annoner avec résignation mais parfois avec fierté avoir fini par donner la fessée  bien mérité à leur progéniture.

Personnellement j'ai eu des enfants et j'ai évité au maximum de reproduire ce que j'avais vécu (peut-être est ce arrivé 2 ou 3 fois et encore de plus j'ai été guère convainquant dans le rôle de père fouettard). Pourtant je reconnais avoir été troublé par le fait de la nécessité ou pas de telles pratiques et toujours été ramené aux souvenirs de ma propre éducation. Difficile quand on a été élevé d'une certaine manière d'effacer des réflexes si profondément ancrés en nous. Comme la plupart, je suis très énervé quand je vois des enfants qui se permettent tout et la réponse naturelle serait violente. Mais je me révolte aussi quand j'entends dire que une bonne fessée n'a jamais tué personne car je pense le contraire... cela peut tuer beaucoup choses en nous, même si parfois ce peut se révéler très pratique momentanément et parfois parfois nous aider a franchir certains stades (je ne le nie pas). La violence fait partie de la vie en ajouter pourrait elle nous aider a nous en prémunir ?  Ou au contraire nous fragiliser un peu plus  ? 

Et parle-t-on aussi assez des violences psychologiques qui peut a des conséquences toutes aussi terribles. L'absence de soin et de volonté éducative en est une également.

 

Les débats sur la fessée ne date pas d'aujourd'hui et ne semblent pas prêt de se terminer. Mon but est ici c'est de rapporter mes propres expériences mais aussi mes interrogations car malgré ce que j'ai pu vivre j'ai toujours du mal me limiter à un jugement définitif.

Je voudrais dire seulement une ou deux choses aux pro-fesseurs qui me semblent des sujets de reflexions importantes:

Quand on parle de fessée éducative il est toujours question de domination sur un être plus fragile que soit, même si on lui veut le plus grand bien du monde. Or paradoxalement il s'agit de le frapper lui faire mal, même symboliquement, et de plus frapper sur les fesses, une des zones érogènes les plus puissantes chez l'être humains. Il est loin le temps ou l'on disait que les enfants n'avaient aucune sexualité et oubliaient finalement tout cela en apprenant le bien vivre social. On n'hésite pas à s'attaquer par ailleurs sans ménagement sur les violeurs, pédophiles, ou autres déviants sexuels, bien sûr avec justesse quand cela part d'une volonté de prévention mais est ce une réponse appropriée  ?  Surtout que ceux ci ont généralement d'abord étés victimes et peut être entre autre de ce que  bon nombre d'entre nous perpetuons ancestralement de façons peut être pas si anodines que cela et avec  toute la bonne conscience apparente du monde. Il y a plein de choses négatives en nous que nous véhiculons par habitudes culturelles et pulsionnelles.

 Aujourd'hui nous en apprenons de plus en plus de choses avec entre autre le développement des neurosciences sur le développement de l'être humain, même avant sa naissance.

  Je conseille par ailleurs pour ceux et celles que cela pourrait interesser les travaux d'Alice Miller sur ce sujet. https://www.alice-miller.com/