Signaler

Le Père-Noël : à quel âge avez-vous arrêté d'y croire ? [Résolu]

Posez votre question Audrey_rédacJDF 285Messages postés jeudi 4 avril 2013Date d'inscription ModérateurStatut 26 février 2015 Dernière intervention - Dernière réponse le 17 déc. 2012 à 19:11 par VivianeP
Bonjour à toutes,
Ce post est né d'une discussion entre amies sur le mythe du Père Noël... Certaines n'y ont jamais cru, d'autres ont arrêté d'y croire précocement...
Et vous alors, à quel âge avez-vous su la vérité ?
Afficher la suite 
Utile
+0
moins plus
Bonne question ! En tout cas ce qui est sur c'est que j'y ai cru, je pense avoir arrêté après discussion avec mes camarades je ne sais pas probablement vers mes 8 ans.
Donnez votre avis
Utile
+1
moins plus
Bonjour,

Je me rappelle très bien, c'était lors d'une fête de famille peu avant noël où j'ai reconnu les chaussures de mon oncle! Du coup j'ai arrêté d'y croire ! En plus j'avais déjà eu la puce à l'oreille quelques mois auparavant à l'école. J'avais 7 ans.
Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus
Bonjour,

c'était un vrai bonheur de croire au père noël, des années que je garde dans mon coeur.

Vers 8 ans, ma famille m'a avec délicatesse dit qu'il n'existait pas, j'ai bien compris, et, j'ai remercié d'avoir eu ces belles années avec le père noël.

J'ai fait un voyage à 58 ans en Finlande et j'ai rencontré le vrai père noël, son village, sa grotte de jouets, ses rennes, mes souvenirs se sont ravivés.

Bonne journée
Donnez votre avis
Utile
+2
moins plus
bonjour,

j'ai deux filles de 18 et 12 ans et j'ai toujours cultivé le culte du père noel .... quand elles me demandaient sur le père noel existait vraiment (puisqu'a l'école certains leur disait bien évidement qu'il n'existait pas ....) je leur ai toujours dis que le père noel existait pour ceux qui y croyaient .... et ma filleule qui a 6 ans a demandait il y a quelques jours à ma fille de 12 ans si c'était vrai que le père noel n'existait pas et quel bonheur d'entendre ma fille lui répétait que le père noel existait pour ceux qui y croyaient ....

je crois que c'est une des plus belles choses au monde que de croire au père noel ... c'est une période tellement magique ... que l'on est les moyens ou pas, on transforme toujours cette période en quelque chose de magique et de beau .... donc moi j'y crois toujours !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
VivianeP- 16 déc. 2012 à 16:53
C'est déplorable. Et si vos enfants croient qu'il y a un monstre dans leur placard, vous leur répondez la même chose je suppose? Que s'ils y croient, c'est donc qu'il existe, ce monstre?

On vous dite que vous êtes une maman exceptionnelle. De mon point de vue, mentir à ses enfants et les maintenir dans le faux délibérément n'est pas une décision d'un parent exceptionnel. Et se réjouir du fait que nos enfants vivent leurs plus intenses émotions positives dans du faux et du mensonge ne devrait réjouir personne.
Répondre
elinda- 16 déc. 2012 à 17:07
Bonjour,

vous savez, le père noël, je l'ai vu en chair et en os dans un endroit magnifique, c'est en Finlande à Rovaniémi, il a un village du père noël, une grotte pour les cadeaux, des rennes pour apporter les cadeaux, son bureau, il est très moderne car il travail avec un ordinateur pour atteindre le monde entier.
Répondre
VivianeP- 16 déc. 2012 à 17:34
"Je crois que c'est une des plus belles choses au monde que de croire au père noel ... "

Si c'est vraiment le cas, ça explique les dépressions, les suicides, la maladie, le désenchantement et l'individualisme.
Répondre
stf_la sudiste 16118Messages postés jeudi 30 juin 2011Date d'inscription ModérateurStatut 21 janvier 2017 Dernière intervention - 17 déc. 2012 à 09:52
qu'est ce que l'on doit rever chez vous !!!!! les pauvres enfants ..... !!!!


je pense que c'est vous qui est déplorable !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
VivianeP- 17 déc. 2012 à 19:11
Chez nous, on ne rêve pas: on vit. Et dangereusement heureux, en plus.

La plus belle chose au monde n'est pas de croire à un mensonge et de le perpétrer dans la plus complète inconscience. La plus belle chose au monde et d'aimer la vie. La vraie. Je suis contre le fait de tenir nos enfants dans un mensonge, aussi doré soit-il. C'est contraire à notre rôle de parent qui est de les guider. Leur mentir ainsi, c'est le contraire de les guider: c'est les égarer.
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus
Bonjour

Moi c'était ma cousine qui me l'a dit quand j'avais 7 ans. J'étais trop déçue! J'en ai même voulu à mes parents de m'avoir menti pendant tant d'années. Mais bon maintenant que je suis mère c'est toujours la même joie tous les ans =)

Bises
Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus
Je n'ai jamais cesser d'y croire ! La vie offre tellement de cadeaux, pourquoi cesser d'y croire ? Le père Noël c'est la magie de l'enfance, si on cesse d'y croire elle disparaîtera. J'y croirai toujours c'est ma philosophie !
Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus
Bonjour,

Je crois que c'était vers 7-8 ans, des camarades de classe en parlaient...

Mon fils aussi l'a découvert comme ça.
Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus
J'ai cessé d'y croire vers 8 ans. Quand j'ai réalisé que c'était faux, j'ai fait comme si je le savais déjà et je n'ai pas montré ma déception. En fait, je me suis sentie surtout insultée d'avoir été abusée comme ça. J'avais la gorge nouée.

Mais j'ai oublié cet épisode pendant des années. Et j'ai contribué à maintenir le mythe pour ma jeune soeur... Je croyais le faire pour son bonheur, mais a posteriori, je crois qu'il y avait une part de plaisir malsain: "On s'est moqué de moi, alors on va se moquer de toi aussi, petite soeur."

Mais tout cela s'est effacé de ma mémoire. J'ai même cru, tant le lavage de cerveau est efficace, que c'était merveilleux de croire! Quand je suis tombée enceinte, j'avais hâte de transmettre ce mythe. Je me disais que j'allais y mettre le paquet, et que je serais exceptionnelle à ce jeu. Jusqu'à ce que je sois moi-même dans la position de mentir à mon enfant. Depuis sa naissance, j'avais compris que mon rôle était de le guider vers le vrai, l'authenticité, la vérité, et la conscience. Quand je me suis entendue lui mentir, vers l'âge de 2 ans, j'en ai ressenti un malaise immédiat. J'ai détesté. Pourquoi je faisais ça? dans quel but? de quel droit? Dans les mois qui ont suivi, j'ai souvent repensé à tout cela, et j'ai revu l'épisode de ma déception, enfant. Puis j'ai réfléchi à tout ce que l'on vantait comme étant les mérites de ce mensonge, et j'ai compris que tous ces mérites pouvaient parfaitement s'obtenir sans mentir à son enfant. Qui plus est, j'ai réfléchi aux dangers de perpétrer ce mensonge. J'ai observé notre société perpétrer ce délire collectif dans l'inconscience la plus totale, et ça m'a choquée.

L'année suivante, quand mon enfant avait 3 ans, je n'ai pas menti. Et j'ai fait pareil avec mes autres enfants. Le plaisir, la joie de vivre, la créativité, la curiosité, les apprentissages, tout cela n'a jamais eu besoin que je mente à mes enfants délibérément durant leur enfance. Et j'en suis très fière. Mes enfants n'ont rien perdu au change, au contraire, ils ont gagné beaucoup.

Mentir à ses enfants pour une chose aussi futile que ça, mentir pendant des semaines, chaque année, durant des années, c'est abuser de leur confiance en nous, et se réjouir de leur vulnérabilité. Ça n'est pas magnifique, magique, noble. C'est comme les faire trébucher quand ils essaient de commencer à marcher, et s'émouvoir de les voir tomber.
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !