Signaler

Désir de grossesse et Clomid

Posez votre question LadyStorm 6Messages postés vendredi 3 novembre 2017Date d'inscription 9 novembre 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 9 nov. 2017 à 20:14 par LadyStorm

Bonjour a toutes (tous?),

Voilà, je viens vers vous pour avoir vos opinions et expériences concernant les traitements pour booster la fécondité. Mon histoire est un peu complexe et je vous remercie par avance de votre patience et de prendre le temps de me lire 

En effet, après une fausse couche à environ deux mois et demi suite à une grossesse spontanée, nous avons mon amoureux et moi le désir de tenter à nouveau l’expérience. Or, j'ai un problème d’ovulation de mon côté avec des cycles complètement irréguliers. Nous prenons donc rdv chez la gynécologique et débutons traitement par Clomid et Ovitrelle, sous couvert de contrôles échographiques réguliers. La 1ere expérience, je réponds bien au traitement : beau follicule, on tente mais la magie n’a pas opéré, hélas.

Suite à cela, j’ai eu des soucis de santé : intervention chirurgicale donc mise en stand-by de notre projet. Voilà que nous retentons l’expérience et malheureusement le gynéco ne voit rien à l’echo, ayant fait une echo à J9 et J11 pas de signe d’ovulation. Il me recommande d’attendre le prochain cycle pour un nouvel essai, et de déclencher mon cycle par duphaston. 

Or, depuis hier (donc a J13 de mon cycle soit la veille de l’ovulation présumée) je ressens des ballonnements et douleurs localisées aux ovaires, qui me semblent, correspondre aux douleurs d’ovulation. Ayant malgré tout une chance de grossesse, pensez-vous que je doive prendre mon Duphaston ? Cela risquerait d’avorter toute initiative de grossesse si jamais...?

Avez vous eu, vous aussi recours à ces traitements?  Cela a-t-il été efficace rapidement ? Peut-on devenir résistante au traitement ? Et si oui quelles alternatives? 

Merci pour vos réponses 

Utile
+1
plus moins

Bonjour,

En ce qui concerne vos premières questions, il faut impérativement les poser à votre gynécologue de PMA, seulement un professionnel est en capacité de vous fournir les réponses techniques pour soulager vos inquiétudes.

Personnellement, j'ai eu recours à une PMA pour tomber enceinte. J'ai "gravi" les 3 stades d'accompagnement (stimulation, insémination et FIV) avant de tomber enceinte à 42 ans. La première chose qu'il faut bien intégrer, c'est que l'aide médicale n'est qu'une aide. Ce n'est pas une solution miracle. Il faut bien avoir conscience que cela ne fonctionne pas à 100% pour tout le monde. Cela dépend de tellement de facteurs, aspects physiologiques (âge notamment) médicaux et même compétence du gynécologue, qu'il ne faut pas envisager la PMA comme le messie. Après 40 ans par exemple, les chances de tomber enceinte sur une FIV ne sont "que" de 20% (et de 10% pour mener la grossesse à terme). C'est quand même énorme par rapport au pourcentage par la méthode naturelle plus proche des 2%. Donc cela ne fonctionnera pas pour 80% des patientes! C'est juste la réalité, il faut en avoir conscience. Et même pour les femmes plus jeune, ces pourcentages sont plus élevés mais sont loin des 100%. La recherche travaille encore à des techniques qui permettraient d'améliorer ces chiffres (meilleure détection de la qualité des embryons par exemple). Donc il faut être patient tout en gardant en tête que la médecine fait tout son possible mais ne fait pas encore de miracle malheureusement, quoique oui dans certains cas, et c'est déjà pas si mal.

Et en ce qui concerne la résistance au traitement, je ne crois pas non, cela ne fonctionne pas comme les antibiotiques. Mais un traitement peut fonctionner mieux qu'un autre. C'ets là aussi toute l'expérience du gynécologue qui va parler

Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins

Et bien en voilà un message optimiste lol ! Pour ma part j’ai 31 ans et nous avons déjà réussi à concevoir (même si la grossesse n’est pas arrivée à terme) sans aide médicale donc je reste confiante. Mon désir de grossesse est tellement fort qu’il me tarde d’être enceinte alors je sais qu’il ne faut pas se mettre la pression, que la psychologie y fait beaucoup bla bla bla... mais comment ne pas y penser quand tu te sentes prête et que l’envie de donner la vie devient si pressante? J’ai bien conscience que ce n’est pas la solution miracle, je travaille dans le médical, je sais que ce n’est pas une science exacte et que le corps humain et plus précisément celui des femmes est une grande énigme. Cela dit je garde espoir et je rêve du jour où je pourrai porter en moi la vie d’un petit être d’amour... 

Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !