Signaler

Ma fille me reniant fait tout pour m'isoler de mon fils

Posez votre question missalin - Dernière réponse le 30 janv. 2017 à 11:55 par Missalin

Bonjour,

 

Je suis un papa qui a fait beaucoup pour ses deux enfants (et pour ma compagne également, soit dit en passant). Je n'étais pas obligé d'en faire autant et de m'oublier mais je voulais le meilleur pour nous tous. Mon éducation étant basée sur le sacrifice et le respect des parents et de la famille.

Mon ex m'a planté le couteau dans le dos dès que sa situation est devenue stable. Ma fille a succombé au lavage du cerveau de sa mère et a suivi peu à peu (mère rigide, manipulatrice, menteuse si besoin, avec un orgueil démesuré, fausse avec tout le monde, mais très habile dans la dissimulation). Mon fils (plus jeune) a été utilisé par sa mère contre moi, mais peu à peu il a compris.

Ma fille s'est liguée avec sa mère qui a fini par demander le divorce. Au tribunal, ses fausses charges contre moi et ses mensonges enregistrés par le greffe étaient flagrants et le divorce nous est accordé à ses torts.

Je sais que ma fille est entrée dans une vie privée compliquée sur les conseils de sa mère.

Je n'ai aucune culpabilité, ni vis-à-vis de mon couple dissous, ni de ma fille qui se trouve dans une situation personnelle peu enviable (en faisant le choix de couper le contact au moment opportun : elle m'a débité ses insultes une fois son poste acquis, sachant qu'elle ne serait jamais dans le besoin matériel, mon travail de père soucieux était achevé).

Sa mère lui a dit ce qu'il fallait faire : couper tous les contacts avec moi pour me punir par le chantage affectif.

"Tu seras puni en perdant ta fille", m'a-t-elle dit du haut de ses 24 ans, au milieu d'insultes et de critiques bien nombreuses et pour la plupart injustes.

Dure, la trahision d'un enfant à qui on a donné tant, jusqu'à s'en oublier soi-même, après que j'aie été secoué par la trahison de mon ex-conjointe, avec laquelle j'ai tout partagé, alors qu'elle était en standbye à notre rencontre.

Je sais que mes erreurs sont d'avoir fait une confiance aveugle à la loyauté dans mon couple (mon ex est certes perturbée mais pas suffisamment pour être diagnostiquée) et de ne pas savoir comment défaire la manipulation de nos enfants par mon ex.

A l'heure actuelle, je suis serein car j'ai compris la raison de la détresse de mes enfants. Je n'ai aucune culpabilité, et aux proches je réponds que ma fille félon est morte dans mon coeur à 24 ans. Beaucoup de parents ont perdu des enfants chers à des âges divers et la vie est ainsi. Le temps fait son travail, elle devrait vivre plus longtemps que moi et donner aux remords le temps d'atténuer la haine semée par sa mère à mon endroit.

Mais j'ai une question qui me taraude quand même :

Que dois-je faire si un jour on sonne à ma porte ? Quelle relation peut-on trouver pour échanger avec un enfant félon ? J'ai envie de ne pas ouvrir, ce type d'enfants rois rappliquent quand la vie les met au pied du mur, j'espère ne plus la revoir avec ses fausses certitudes, jamais. C'est elle qui perd ses racines, pas moi. Je ne pense pas qu'une femme qui crache sur une relation patriarcale forte du jour au lendemain puisse aimer et comprendre un homme.

Si vous avez de l'expérience, vos éclaircissements me sont précieux, ici ou sur mon mail perso.

 

Merci et bon courage aux parents reniés par des enfants rois ingrats, à qui on a tout donné pour les retrouver en face à nous martyriser.

Afficher la suite 
Utile
+1
moins plus
Bonjour missalin
Situation difficile pour les enfants même adultes lorsqu'ils se retrouvent au sein d'une famille dont l'un est bon manipulateur. Le problème entre ta fille et toi est dû au malin plaisir de ton ex compagne a vouloir te nuire et pour cela elle utilise l'arme fatale, t'enlever tes enfants.
Le fiston a comprit et fait de la resistance, pour combien de temps ? Il faut espérer qu'il soit force de caractère et qu'il ne se laisse pas avoir par sa mère et sa soeur. Mais sa soeur di elle revenait un jour quoi faire ? Lui ouvrir la porte ? Claquer la porte au nez ?
Tu dis ne pas avoir fauté donc pas de regrets dans l'histoire, il faut que cela puisse le rester pour toujours, tu ne penses pas ?
Ta fille est manipulée tu le dis toi même, elle est victime de sa mère comme tu l'es. Alors si un jour comme son frère elle comprend d'ou vient le mal, pourquoi ne pas l'accepter ?
Laisse la dans sa rancoeur dans ses reproches si vraiment tu n'as pas fauté, mais ne le fait pas en lui affligeant une peine supplémentaire si un jour elle se réveille avec des regrets.
Tu as raison de vouloir continuer ta vie en essayant d'oublier ces personnes car c'est la meilleure façon de ne pas souffrir, en tout cas le moins possible, mais ne pas fermer la porte a l'enfant qui s'est trompé et qui reconnait s'être trompé si cela arrivait un jour. Evidemment pour la maman c'est tout autre.
Bon courage
Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus

Merci lekabilien

Si elle se regarde en face et qu'elle fait le point, bien sûr je peux entrouvrir la porte.

Mais si je la connais bien, dans les griffes de sa mère comme un jouet, elle reviendra peut-être si jamais la vie devait lui tourner le dos mais sans rien lâcher de sa "superbe". Serai-je encore là ? Si oui, je pense que je garderai la porte fermée. Mais peut-être ne viendra-t-elle jamais vers moi. Car matériellement elle est autonome, elle gagne tellement d'argent. Alors à quoi bon revenir si ses pensées ne sont pas frappées de remords et d'autocritique ?

 

Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus
La richesse matérielle ne doit pas rentrer en compte bien entendu si elle devait revenir, si elle n'en a pas besoin tant mieux pour elle, mais si elle revenait en gardant l'état d'esprit qu'elle a aujourd'hui, bien sur autant qu'elle reste chez elle qu'elle soit riche ou pauvre, c'est mon point de vu également.
Si elle revient, si elle a compris son erreur, et qu'elle soit humble, seulement renouer ce lien cassé car elle n'a pas sur résister a sa mère, alors il faut savoir pardonner.

Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus

Je pense faire comme vous écrivez  lekabilie.

Celà me parait en effet ainsi qu'il faut faire avec ce type de rupture et espérer une résilience acceptable pour sa conscience.

Merci à vous.

TIN6 25Messages postés samedi 2 juillet 2016Date d'inscription 4 février 2017 Dernière intervention - 19 janv. 2017 à 11:07

Bonjour Missalin,

Je suis désolée pour vous et de tout coeur.

Sur ce forum il y a des personnes qui ont vécu la même chose que vous, et qui vous conseillent, c'est super. Ma situation personnelle est, je pense, beaucoup moins grave, même si je sais que mon fils est sous influence, il l'a avouée.

Je vois que vous avez déjà entrepris un travail psy, que cela n'a pas fonctionné, votre ex-épouse est très forte, manipulatrice, perverse. Cela vous a aidé pour la relation que vous avez avec votre fils, c'est déjà bien, protégez du mieux que vous pouvez cette relation.

Vous voyez que pour certains cela s'est arrangé par la suite. Si votre fille revient, accueillez-la comme l'enfant prodige. Elle est, elle même, une victime dans cette affaire.

Si elle acceptait une thérapie avec vous sans sa mère, peut-être vous pourrez vous rapprocher de votre fille. Elle y verrait plus clair.

J'ai vu des reportages sur l'aliénation parentale de l'enfant, c'est vraiment affreux, cela peut détruire psychologiquement un enfant.

On se demande comment des gens peuvent agir ainsi. Ils le font par possessivité, jalousie, méchanceté, égoïsme, vengeance, etc....... Mais je pense que cela tient de la maladie mentale.

Comme vous dit Litera, accrochez-vous, n'abandonnez jamais.

 

 

Répondre
pupuce83- 19 janv. 2017 à 09:42

Bonjour, j'ai vécu la même chose avec ma fille de 14 ans manipulée par un père pervers.Elle a fait 2 tentatives de retour auxquelles je n'ai pas donné suite car il faut se protéger ; je ne pardonneras jamais l'assignation à l'âge de 18 ans au tribunal... j'ai payé! Je suis quitte; je n'ai aucune envie de revivre ce que j'ai vécu et n'ai aucune envie de connaître ma petite fille de 3 ans qui a les gènes de sa mèrede 42 ans et de son grand père de 78 ans!Pour la petite histoire, le torchon brûle entre la fille et le père; je suis remariée, heureuse et ai envie que cela dure: je me protège, j'ai donné! Bon courage et pensez à vous. AM

Répondre
TIN6 25Messages postés samedi 2 juillet 2016Date d'inscription 4 février 2017 Dernière intervention - 21 janv. 2017 à 13:15

Bonjour pupuce,

 

Vous êtes la deuxième à dire sur ce forum, ne pas avoir voulu vous réconcilier avec votre enfant. 

Donc cela doit être une leçon aux enfants qui renient leurs parents. On ne jette pas les gens et on ne les reprend pas à sa guise. A jouer à ce jeu, on peut se brûler les ailes. Les enfants doivent bien réfléchir à leur geste, ils ne sont pas toujours des enfants rois. L'enfant prodigue ne marche pas à tous les coups.

 

 

 

Répondre
littera 9Messages postés lundi 13 mai 2013Date d'inscription 19 janvier 2017 Dernière intervention - 19 janv. 2017 à 10:13

Bonjour missalin. J'ai été mariée avec un pervers narcissique qui a réussi à me séparer de mon fils pendant 13 ans(il avait 13 ans). Je n'ai jamais accepté de ne rien faire et ai toujours écrit lors de ses anniversaires et des différentes fêtes. de même je lui ai souvent écrit pour expliquer ce que j'avais sur le coeur en lui disant mon ressenti. Je ne sais pas s'il a tout lu. Il ne m'accusait pas réception des cadeaux. Il est passé avec son père sur demande du tribunal devant un psy assermenté( une demande à faire de ta part ?) auquel il a dit qu'il ne reverrait jamais sa mère. Je l'ai revu quand il a été adulte, donc à 26 ans, et depuis tout va bien. On n'a jamais reparlé de ce que nous avons vécu mais je vois bien qu'il fait tout pour me le faire oublier.

Si ton ex est comme le mien, les entretiens psy ne servent à rien car ces PN réussissent à embobiner leur public, y compris les plus aguerris. Je continuais à consulter un psy, de l'Ecole des Parents, plutôt conseiller conjugal, (car eux sont formés à ce genre de problématique), et cela aide à désembrouiller les situations. Le combat a été long mais c'est le père (et sa famille) qui a perdu. Je te souhaite la même chose, je pense que rien n'est jamais perdu mais qu'il faut s'accrocher. Evidemment je suis passée par des moments extrêmement difficiles où je consultais beaucoup, y compris des juristes, car le divorce a duré très longtemps. Une médiation familiale est impossible dans ton cas compte tenu de la personnalité de ton ex. C'est à toi de t'accrocher, avec ton fils auquel il te faut beaucoup parler. Courage!

Répondre
missalin- 19 janv. 2017 à 12:31

Merci pupuce83 et littera pour le partage de vos expériences.

A l'attention de pupuce83:

Pourquoi avez vous refusé le retour de votre fille par deux fois. N'était-ce pas le meilleur moyen de l'arrachher aux griffes du père patho ? j'ai sans doute mal compris vos propos. Il reste que votre expérience me parait importante pour mon état actuel. Moi je ne veux même pas recommencer une vie de couple pour ne pas alourdir le quotidien de mon fils encore hésitant, mais est-ce judicieux que cette démarche qui est la mienne ?

A l'attention de littera:

Je suppose que ce que vous me suggérez comme conduite exemple avec votre fils est à appliquer (dans mon cas) à ma fille, perdue pour l'heure !

Sachez que j'ai tout fait pour lui parler, lui demander d'ouvrir les yeux, par tous les moyens, voix, sms, mails, courrier postal, etc. Elle a suivi les injonctions de sa mère: pas de réponses, a bloqué mon numéro de tél et messagerie, etc. A la suite de quoi j'ai baissé les bras et décidé par la suite de faire le deuil, en me concentrant à sauver la scolarité du garçon malgré son hostilité du début, qui a bien changé depuis.

"L'Ecole des Parents" ? je ne connais pas, merci de m'éclairer, celà peut m'aider peut être !

 

Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus

Bonjour Monsieur "missalin".

Non après tout ce qu'on vous à fait subir, d'après votre lettre, il ne faut pas pardonner. Il y a eu un coup de canif et il restera toujours la cicatrice. Votre fille et sa mère vont en sortir encore grandies dans leur méchanceté et se moquer de votre crédulité, à moins que vous ne soyez masochiste.

Donc gardez votre porte fermée et ne vous tourmentez plus. Vous vous ruinez la santé, passez à autre chose pour votre épanouissement.

Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus
Bonjour
Tout le monde peut faire des erreurs et pouvoir avoir une deuxième chance si un jour on a compris s'être trompé. Peut être que madame non car elle a gâchée cette chance, quand les choses vont trop loin dans un couple il n'y a plus de machine arrière, mais la fille est jeune, sous influence, on dit que les filles sont plus proches de leur mère donc elle a fait son choix surtout si vraiment madame sait y faire. Donc, on ne renie pas son enfant sauf cas de force majeur, on lui ferme la porte, mais s'il change, s'il a comprit, alors la porte doit s'ouvrir.
Quand on fait un enfant on l'assume jusqu'au bout, on s'en protège s'il le faut bien sur s'il déraisonne au delà de nos capacités a gérer, mais le rejeter s'il a compris que sa jeunesse, son inexpérience, une mauvaise influence lui ont jouées un tour, cela n'est que mon avis mais on serait mauvais parent. Et ne pas savoir pardonner ne permet pas de tourner la page.
Je précise que ce n'est que, mon opinion et chaque opinion est respectable.
Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus

Bonsoir J.J.

Ma fille m'a fait beaucoup de mal pendant la séparation. J'avais en face non pas une mais deux femmes prêtes à ma chute. Elles n'y sont pas arrivées Dieu merci mais la famille a explosé. Définitivement.

Non, je ne suis pas maso mais je suis éduqué dans la responsabilité des enfants et la loyauté envers la famille. Ce que ma fille a fait ressemble à une trahison inique. On peut excuser à 16 ans, 18, voire 20 ou 21 ans.

Elle avait 24 ans quand elle a assisté sa mère à me sortir du foyer que j'ai construit sur de longues années à coups d'efforts. J'ai gagné contre leurs allégations au tribunal car les mensonges étaient flagrants, exactement à l'inverse de ce que je suis au vu et su de tout le monde alentour, choses faciles à démonter.

La fille a montré sa méchanceté dès qu'elle avait son premier salaire et elle a témoigné (en fournissant des documents au tribunal via sa mère, sur sa situation matérielle et en l'informant de ce que je faisais car je communiquais encore avec elle).

J'ai envie de faire comme vous dites, mettre une croix en rouge, je n'ai au fond de moi pas une once de sentiment positif envers elle. Mais si elle fait sa mea culpa je serai peut-être magnanime mais jamais ce ne sera comme avant. Ce que j'ai fait pour ma fille en vain me revient en regrets douloureux car je me suis sacrifié et j'ai toujours vécu sans excès pour qu'ils fassent les meilleures études (eux trois). Maintenant elle commence à crouler sous le poids de l'aisance assurée, son arrogance devrait prendre de l'ampleur et non le contraire.

Certains parents, ce lisant vont réagir en disant que c'est notre devoir de faire le nécessaire pour nos enfants et patati et patata. Certes et tout celà je le sais bien, mais j'ai vraiment fait plus que le nécessaire compte tenu de mes moyens et de mon état, je leur ai tout donné. Je n'aurais pas dû en faire autant. Les parents doivent avoir leur vraie place dans la famille, les parents ne devraient jamais l'un dénigrer l'image de l'autre, surtout pas devant les enfants; par ailleurs, si on éduque les enfants dans la satisfaction et en demi dieux, leur intransigeance de petits ne fera que s'ancrer en eux plus tard. C'est celà mon expérience, elle n'est peut être valable que pour moi, sachant que la mère les a éduqué dans le dénigrement du père, le tû et autres comportements cachotiers, pendant que je courais pour leur donner ce que je pouvais de sécurité et de plaisir de vivre.

Du reste lekabilien, je ne pense même pas que ma fille aura un jour besoin de tourner son regard vers moi. Elle a hérité de la haine de sa mère pour moi et je pense que celà est ancré dans son comportement au quotidien. Elle ne reviendra sans doute jamais, souhaitant pendant ses nuits ma disparition la plus rapide. Avoir fait le deuil est la thérapie nécessaire qui me débarrasse d'une partie de ce poids familial lourd.

Ce forum est utile et l'expérience communiquée m'enrichit. Les expériences sont certes uniques mais l'échange me permet d'évoluer, de mieux comprendre mes erreurs et aussi d'adopter avec justesse mes choix et mes décisions envers tout cet héritage que je ne souhaite à personne.

Merci

Matd- 25 janv. 2017 à 06:48

Bonjour missalin

Je lis votre histoire et mon conjoint vit la meme chose. Père de 2 garçons et beau pere de 3 filles de son ex (qu il a aimées comme les siennes) dont aujourd hui ne reste que son grand qui a maintenant 18 ans et le 2eme a 14 ans mais le papa ne le voit plus depuis plus de 2 ans  (divorce toujours en instance). La mère a alliéné ce gosse qui auparavant etait toujours fusionnel avec ce papa "poule" et qui depuis 2 ans lui vout une haine sans égale. La mere a fait des TS devant les gosses, elle a renié le grand qui n a pas souhaité rester a 100% avec elle...j en passe et resultat aujourd hui mon conjoint est en dépression depuis une maison sur le dos qu il a toujours payé seul (mme n ayant jamais voulu travailler) 3 belles filles qui gardent tout de meme un petit contact avec. Nous avons ensemble un petit bout d un peu plus d un mois et j aime autant vous dire que ce n est pas drole tous les jours de voir un homme solide qui s est pris tant de coups qu il en est abattu ++. Par contre je l ai toujours poussé a exercer son droit de visite que la juge a accordé mais n a jamais été honoré c est reproches par interphone ou télephone dudit fiston. Mais plus le temps passe plus il fait une croix sur cet enfant qui l aimait pourtant bien plus qu il n aimait sa chère mère. La vie est étrange y a toujours des pourris pour s en sortir. Et merci aussi a la justice acoups de mediation thèrapie ...qui ne servent qu a envenimer un peu plus. 

Répondre
TIN6 25Messages postés samedi 2 juillet 2016Date d'inscription 4 février 2017 Dernière intervention - 26 janv. 2017 à 09:42

Bonjour Matd,

 

Je suis de tout coeur avec vous. L'aliénation parentale est quelque chose de terrible. Des ex-épouses qui ne supportent pas la séparation, et qui se vengent de cette façon, en privant le père de ses enfants.

Je plains bien sûr votre épous, mais également son garçon de 14 ans. Un jour il réalisera qui était vraiment son père, à ce moment là il aura des regrets. C'est là que certains parents ne les pardonnant pas, ne veulent plus voir leurs enfants à leur tour. Il y a deux personnes sur ce forum qui en ont parlées.

J'espère que votre épous ne sera pas dans ce cas là. Qu'il accceptera toujours de revoir son fils, car ces enfants là ne sont que des victimes. Mais les années perdues ne se rettrapent pas.

Bien à vous.

 

Répondre
Missalin- 30 janv. 2017 à 11:55

Merci MATD pour votre témoignage. Bon courage à votre conjoint et un avenir radieux pour ses enfants quand ils pourront séparer le bon grain de l'ivraie.

Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus
Si elle ne revient jamais ce sera de son fait non du tient, tu n'as rien a te reprocher et éventuellement tu n'auras rien a te reprocher, c'est cela le sens qu'il faut comprendre de mes propos.
Tu as fais ton devoir, maintenant tu n'as que ta vie a laquelle tu dois donner de l'importance, si un jour une ouverture se présente avec ta fille, tu prendras ta décision sur le comment se présente ta fille, dans quel état d'esprit.
24 ans c'est une gamine, et a toute âge on peut être sous influence cela tu dois le savoir surement.
Juste une chose, si elle devait revenir un jour, c'est a elle plier l'échine, si elle veut recoller les morceaux ce sera a elle de le faire, toi tu continues a vivre ta vie, tel que tu étais, tel que tu es, tel tu resteras que ça plaise ou non.
Tu as du courage en tout cas et tu as raison de rester ferme, c'est cela qui fait tenir et fait avancer dans la difficulté tel que celle que tu vies.


Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus

Merci Lekabilien, c'est tout à fait ce que je pense. Votre avis rejoint le mien. Suis serein et bien dans ma tête, même si je suis un peu triste pour elle.

Donnez votre avis
Utile
+0
moins plus
Bien entendu. On ne peut être pleinement heureux lorsque on est coupé des siens, mais le plus important est avoir fait son devoir car le reste on ne maitrise pas.
Bien a toi missalin, la vie continue
Amicalement.
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !