Signaler

Comment survivre au déces de son enfant [Résolu]

Posez votre question Anonyme - Dernière réponse le 27 sept. 2015 à 01:28 par LoveMaya
comment survivre au déces de son enfant
Afficher la suite 
Utile
+1
plus moins
Je ne peux pas imaginer que cela m'arrive avant mon propre décès. Malgré le silence de mes enfants, je ne le supporterai pas..... Que DIEU m'entende ......
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
noous étions 5 enfants notre petite soeur est décédée à la naissance de son fils elle avait 33ans c'est toujours une catastrophe 16ans après. Maman a décider de se rapprocher de mes frère et sooeurs plus agès que moi.Ils sont nés en:44 47 49 peut-etre je lui rappelais trop ma soeur décédée.Toutes les 2 nous sommes nées dans les années 56 59.Je ne peux pas lui en vouloir elle réagis à sa façon ,mais si vous pouviez éviter cette attitude faaites le.Vous avez de la peine mais ceux qui vous sont proches ont besoin de vous sentir là pour eux croyez moi ils connaissent votre chagrin car ils le vivent aussi mais ils sont trop pudiques pour le montrer à ce jour Bient^ot les larmes seront pour eux aussi aujourd'hui ils cherche è vous aimer simplement.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Un de mes 3 fils s'est tué volontairement en aout 2004. Il avait 17ans et demi. J'ai continué... Peut-être faut-il à un moment, réussir à annuler tous les projets que l'on avait ou que nous aurions pu avoir ensemble pour se libérer et libérer sa mémoire. Continuer ensuite et construire. Ce n'est pas facile Madame, c'est une prise de conscience difficile. Je porte sa mémoire, mais pas la souffrance.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
pour le moment je survis au décès de mes parents, je n'ose même pas imaginer, et dieu sait que cela arrive à n'importe qui, n'importe quand, de perdre l'un de mes enfants, il faut certainement continuer à vivre pour ceux qui restent, mais la douleur doit etre incommensurable. il faut espèrer que dans ces moments, on ne soit pas seul(es)
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Comme vous dites survivre au décès d'un enfant, car on ne vit plus. Tout s'arrête et pendant un an on frise la folie. Puis s'il on passe l'année, la vie reprend le dessus, tout doucement. Mais il est toujours présent nuit et jour, jour et nuit sans fin. Et c'est alors qu'il faut se secouer, il faut se changer l'esprit, retrouver des amis, sortir, aller au cinéma pour ne plus penser, ne plus penser. helene
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Ont ne survie pas persô je vie au jour le jour en attendant impatiemment la mort pour rejoindre mon ange
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !